AINA Logo
Publications

 


The Arctic Observing Summit 2013   /   Lee, C.   Eicken, H.   Jakobsson, M.
Arctic, v. 68, suppl. 1, 2015, p. iii
ASTIS record 81390
PDF

The Arctic Observing Summit (AOS) was initiated in 2013 as a high-level international forum to provide community-driven, science-based guidance for the design and implementation of a sustained, comprehensive, and integrated Arctic observing system. The biennial summits target scientists, managers, stakeholders, agencies, Arctic community members, and the private sector across all levels, from local to international. The AOS is a Sustaining Arctic Observing Networks (SAON) task led by the International Study of Arctic Change (ISAC). The inaugural Arctic Observing Summit was held in Vancouver, British Columbia, Canada, from 30 April to 2 May 2013. In preparation for that meeting, AOS participants and members of the research community provided input and perspectives on specific themes related to the design, implementation, and utility of an adaptive Arctic observing system. To capture and integrate input from a broad range of participants, the AOS encouraged contributions of community-based white papers and statements. This activity continues and will form a part of AOS 2016, to be held in Fairbanks, Alaska. Building on this input and stemming from the AOS white papers, a thematic cluster of papers was selected for publication in this special issue of Arctic. The resulting collection includes both peer-reviewed scientific articles and reports that address AOS themes ....


Observing the changing health of circumpolar peoples   /   Young, K.   Chatwood, S.   Bjerregaard, P.
Arctic, v. 68, suppl. 1, 2015, p. 1-5
ASTIS record 80670
PDF

This paper describes the elements involved in observing health in circumpolar regions, the status of current observation systems, and gaps within the monitoring networks. The aim is to provide a starting point for discussion of the role that health monitoring might play in developing Arctic observing networks and initiatives that aim to improve the health status of circumpolar populations. It is hoped that this background information will provide direction for further development of monitoring systems and networks through supporting data capture, analysis, and uptake.

Cet article décrit les éléments qui entrent en jeu en matière d'observation de la santé dans les régions circumpolaires, de même que l'état des systèmes d'observation actuels et les écarts qui existent au sein des réseaux de surveillance. L'objectif consiste à fournir un point de départ pour une discussion sur le rôle que pourrait jouer la surveillance de la santé dans les initiatives et les réseaux mis en place dans l'Arctique dans le but d'améliorer l'état de santé des populations circumpolaires. On espère que ces renseignements généraux serviront de fondement à la mise au point d'autres systèmes et réseaux de surveillance grâce à la capture de données pertinentes, à leur analyse et à leur prise en charge.


CircumArctic collaboration to monitor caribou and wild reindeer   /   Russell, D.E.   Gunn, A.   White, R.G.
Arctic, v. 68, suppl. 1, 2015, p. 6-10, map
ASTIS record 81151
PDF

Caribou and wild reindeer (Rangifer) are integral to ecology and Aboriginal lives and culture in circumArctic regions. Since reaching peak size in the 1990s, most herds have been declining, while their ranges are changing as the footprint of people's activities expands and the climate warms. More than ever, then, people need to share information and experience on Rangifer management and conservation. In recognition of this need for a circumArctic approach to monitoring, the CircumArctic Rangifer Monitoring and Assessment (CARMA) network, a relatively informal group of scientists, community representatives, and management agencies, was established in 2004. CARMA emphasizes collaborating and sharing information on migratory tundra Rangifer and developing tools to deal with the impacts of global changes on these herds.

Le caribou et le renne sauvage (Rangifer) jouent un rôle intégrant dans la vie et la culture autochtones des régions circumarctiques ainsi que dans l'écologie de ces régions. Depuis que la taille des troupeaux a atteint son summum dans les années 1990, la taille de la plupart des troupeaux diminue et leur parcours naturel se modifie en raison de l'expansion des activités humaines et du réchauffement climatique. C'est pourquoi plus que jamais auparavant, il est important de partager information et expérience au sujet de la gestion et de la conservation du Rangifer. Dans cette optique, un réseau de surveillance circumarctique a été établi en 2004, soit le réseau CircumArctic Rangifer Monitoring and Assessment (CARMA), dirigé par un groupe relativement informel de scientifiques, de représentants de la communauté et d'organismes de gestion. Le réseau CARMA met l'accent sur la collaboration et le partage d'information concernant le Rangifer migrateur de la toundra ainsi que sur la mise au point d'outils pouvant faire face aux incidences des changements planétaires qui ont un effet sur ces troupeaux.


Multipurpose acoustic networks in the integrated Arctic Ocean Observing System   /   Mikhalevsky, P.N.   Sagen, H.   Worcester, P.F.   Baggeroer, A.B.   Orcutt, J.   Moore, S.E.   Lee, C.M.   Vigness-Raposa, K.J.   Freitag, L.   Arrott, M.   Atakan, K.   Beszczynska-Möller, A.   Duda, T.F.   Dushaw, B.D.   Gascard, J.C.   Gavrilov, A.N.   Keers, H.   Morozov, A.K.   Munk, W.H.   Rixen, M.   Sandven, S.   Skarsoulis, E.   Stafford, K.M.   Vernon, F.   Yuen, M.Y.
Arctic, v. 68, suppl. 1, 2015, p. 11-27, ill.
ASTIS record 81010
PDF

The dramatic reduction of sea ice in the Arctic Ocean will increase human activities in the coming years. This activity will be driven by increased demand for energy and the marine resources of an Arctic Ocean accessible to ships. Oil and gas exploration, fisheries, mineral extraction, marine transportation, research and development, tourism, and search and rescue will increase the pressure on the vulnerable Arctic environment. Technologies that allow synoptic in situ observations year-round are needed to monitor and forecast changes in the Arctic atmosphere-ice-ocean system at daily, seasonal, annual, and decadal scales. These data can inform and enable both sustainable development and enforcement of international Arctic agreements and treaties, while protecting this critical environment. In this paper, we discuss multipurpose acoustic networks, including subsea cable components, in the Arctic. These networks provide communication, power, underwater and under-ice navigation, passive monitoring of ambient sound (ice, seismic, biologic, and anthropogenic), and acoustic remote sensing (tomography and thermometry), supporting and complementing data collection from platforms, moorings, and vehicles. We support the development and implementation of regional to basin-wide acoustic networks as an integral component of a multidisciplinary in situ Arctic Ocean observatory.

La diminution remarquable de la glace de mer dans l'océan Arctique aura pour effet d'intensifier l'activité humaine dans cette région au cours des années à venir. Ces activités s'accompagneront d'une demande accrue en ressources marines et en énergie du fait que l'océan Arctique sera accessible aux bateaux. L'exploration pétrolière et gazière, la pêche, l'extraction minière, le transport maritime, la recherche et le développement, le tourisme et les activités de recherche et sauvetage mettront davantage de pression sur l'environnement vulnérable de l'Arctique. Il y a lieu de se doter de technologies qui permettront de faire des observations sur place à l'année afin de surveiller et de prévoir les changements caractérisant le système atmosphère-glace-océan de l'Arctique à l'échelle quotidienne, saisonnière, annuelle et décennale. Ces données seront utiles tant pour le développement durable que pour l'application des accords et traités internationaux relativement à l'Arctique, et elles permettront de protéger cet environnement critique. Dans cet article, nous discutons des réseaux acoustiques à vocations multiples de l'Arctique, notamment l'aspect des câbles sous-marins. Ces réseaux permettent les communications, le transport de l'énergie, la navigation sous-marine et sous les glaces, la surveillance passive du son ambiant (glace, bruits sismiques, biologiques et anthropiques), la détection acoustique à distance (tomographie et thermométrie) de même que le soutien et le complément aux données recueillies à partir des plateformes, des amarres et des véhicules. Nous sommes pour l'aménagement et l'utilisation de réseaux acoustiques régionaux à la grandeur du bassin comme composante intégrante d'un observatoire multidisciplinaire sur place dans l'océan Arctique.


The contributions of community-based monitoring and traditional knowledge to Arctic Observing Networks : reflections on the state of the field   /   Johnson, N.   Alessa, L.   Behe, C.   Danielsen, F.   Gearheard, S.   Gofman-Wallingford, V.   Kliskey, A.   Krümmel, E.-M.   Lynch, A.   Mustonen, T.   Pulsifer, P.   Svoboda, M.
Arctic, v. 68, suppl. 1, 2015, p. 28-40
ASTIS record 80486
PDF

Community-based monitoring (CBM) in the Arctic is gaining increasing support from a wide range of interested parties, including community members, scientists, government agencies, and funders. Through CBM initiatives, Arctic residents conduct or are involved in ongoing observing and monitoring activities. Arctic Indigenous peoples have been observing the environment for millennia, and CBM often incorporates traditional knowledge, which may be used independently from or in partnership with conventional scientific monitoring methods. Drawing on insights from the first Arctic Observing Summit, we provide an overview of the state of CBM in the Arctic. The CBM approach to monitoring is centered on community needs and interests. It offers fine-grained, local-scale data that are readily accessible to community and municipal decision makers. In spite of these advantages, CBM initiatives remain little documented and are often unconnected to wider networks, with the result that many practitioners lack a clear sense of the field and how best to support its growth and development. CBM initiatives are implemented within legal and governance frameworks that vary significantly both within and among different national contexts. Further documentation of differences and similarities among Arctic communities in relation to observing needs, interests, and legal and institutional capacities will help assess how CBM can contribute to Arctic observing networks. While CBM holds significant potential to meet observing needs of communities, more investment and experimentation are needed to determine how observations and data generated through CBM approaches might effectively inform decision making beyond the community level.

Dans l'Arctique, la surveillance communautaire (SC) reçoit un appui de plus en plus grand de la part de nombreuses parties intéressées, dont les membres de la communauté, les scientifiques, les organismes gouvernementaux et les bailleurs de fonds. Dans le cadre des initiatives de SC, des habitants de l'Arctique effectuent des tâches permanentes d'observation et de surveillance ou participent à de telles tâches. Les peuples indigènes de l'Arctique observent l'environnement depuis des millénaires. Souvent, la SC fait appel aux connaissances traditionnelles, connaissances qui peuvent être employées seules ou conjointement avec les méthodes classiques de surveillance scientifique. Nous nous sommes appuyés sur les connaissances dérivées du premier sommet d'observation de l'Arctique pour donner un aperçu de l'état de la SC dans l'Arctique. La méthode de SC est centrée sur les besoins et les intérêts de la communauté. Elle permet d'obtenir des données à grain fin à l'échelle locale, données qui sont facilement accessibles par la communauté et les preneurs de décisions municipaux. Malgré ces avantages, il existe peu de documentation au sujet des initiatives de SC et souvent, ces initiatives ne sont pas rattachées aux grands réseaux, ce qui fait que bien des intervenants ne comprennent pas clairement ce qui se passe sur le terrain et ne savent pas vraiment comment appuyer la croissance et le développement de la surveillance communautaire. Les initiatives de SC respectent les cadres de référence nécessaires en matière de droit et de gouvernance, et ceux-ci varient considérablement au sein des contextes nationaux. L'enrichissement de la documentation en ce qui a trait aux différences et aux similitudes qui existent entre les communautés de l'Arctique en matière de besoins d'observation, d'intérêts et de capacités juridiques et institutionnelles aidera à déterminer en quoi la SC pourra jouer un rôle au sein des réseaux d'observation de l'Arctique. Bien que la SC ait la possibilité de jouer un rôle important dans les besoins d'observation des communautés, il y a lieu de faire plus d'investissements et d'expériences pour déterminer comment les observations et les données découlant des méthodes de SC pourront favoriser la prise de décisions au-delà des communautés.


Arctic Ocean bathymetry : a necessary geospatial framework   /   Jakobsson, M.   Mayer, L.   Monahan, D.
Arctic, v. 68, suppl. 1, 2015, p. 41-47, ill., maps
ASTIS record 81152
PDF

Most ocean science relies on a geospatial infrastructure that is built from bathymetry data collected from ships underway, archived, and converted into maps and digital grids. Bathymetry, the depth of the seafloor, besides having vital importance to geology and navigation, is a fundamental element in studies of deep water circulation, tides, tsunami forecasting, upwelling, fishing resources, wave action, sediment transport, environmental change, and slope stability, as well as in site selection for platforms, cables, and pipelines, waste disposal, and mineral extraction. Recent developments in multibeam sonar mapping have so dramatically increased the resolution with which the seafloor can be portrayed that previous representations must be considered obsolete. Scientific conclusions based on sparse bathymetric information should be re-examined and refined. At this time only about 11% of the Arctic Ocean has been mapped with multibeam; the rest of its seafloor area is portrayed through mathematical interpolation using a very sparse depth-sounding database. In order for all Arctic marine activities to benefit fully from the improvement that multibeam provides, the entire Arctic Ocean must be multibeam-mapped, a task that can be accomplished only through international coordination and collaboration that includes the scientific community, naval institutions, and industry.

Une grande partie de l'océanographie s'appuie sur l'infrastructure géospatiale établie à partir de données bathymétriques recueillies par des navires en route, données qui sont ensuite archivées et transformées en cartes et en grilles numériques. En plus de revêtir une importance essentielle sur le plan de la géologie et de la navigation, la bathymétrie, soit la profondeur du plancher sous-marin, est un élément fondamental de l'étude de la circulation en eaux profondes, des marées, de la prévision des tsunamis, des remontées d'eau, des ressources halieutiques, de l'action des vagues, du transport de sédiments, des changements environnementaux et de la stabilité des talus, en plus de la sélection de l'emplacement des plateformes, des câbles, des pipelines ainsi que de l'élimination des déchets et l'extraction minière. En raison des progrès récents réalisés en matière de cartographie par sonars multifaisceaux, la résolution avec laquelle le plancher sous-marin peut être représenté s'est améliorée à un point tel que les anciennes représentations doivent être considérées comme désuètes. Les conclusions scientifiques fondées sur des données bathymétriques clairsemées devraient être r éexaminées e t r affinées. Pour l'instant, seulement environ 11 % de l'océan Arctique a été cartographié à l'aide de multifaisceaux. Le reste de son plancher sous-marin est représenté au moyen d'une interpolation mathématique faisant appel à des données très clairsemées de sondages en profondeur. Pour que toutes les activités maritimes de l'Arctique bénéficient pleinement des améliorations qu'offrent les multifaisceaux, la totalité de l'océan Arctique doit être cartographiée à l'aide de multifaisceaux, tâche qui ne peut s'accomplir qu'en présence d'une coordination et d'une collaboration internationales faisant appel à la communauté scientifique, aux institutions navales et à l'industrie.


A global cryosphere watch   /   Key, J.   Goodison, B.   Schöner, W.   Øystein, G.   Ondráš, M.   Snorrason, Á.
Arctic, v. 68, suppl. 1, 2015, p. 48-58, ill.
ASTIS record 81009
PDF

There is now an unprecedented demand for authoritative information on the past, present, and future states of the world's snow and ice resources. The cryosphere is one of the most useful indicators of climate change, yet is one of the most under-sampled domains in the climate system. The Sixteenth World Meteorological Congress (Geneva, 2011) decided to embark on the development of a Global Cryosphere Watch (GCW) as an International Polar Year (IPY) legacy. Through WMO and its partners, GCW is now being implemented for sustained cryosphere observing and monitoring and provision of cryosphere data and information. GCW will ensure a comprehensive, coordinated, and sustainable system of observations and information that will allow for a full understanding of the cryosphere and its changes. It will initiate a surface-based cryosphere observing network called "CryoNet" that will establish best practices and guidelines for cryospheric measurement, data formats, and metadata by building on existing efforts. A complementary task involves developing an inventory of candidate satellite products that are mature and generally accepted by the scientific community. GCW is establishing interoperability between data management systems, and the GCW data portal will provide the ability to exchange data and information with a distributed network of providers.

Il existe maintenant une demande sans précédent d'information faisant autorité sur l'état passé, présent et futur des ressources en neige et en glace de la planète. La cryosphère constitue l'un des indicateurs les plus utiles au sujet du changement climatique et pourtant, il s'agit de l'un des domaines du système climatique les plus sous-échantillonnés. Le seizième Congrès météorologique mondial (Genève, 2011) a décidé de mettre au point un système de surveillance mondiale de la cryosphère (Global Cryosphere Watch - GCW) en guise de legs à l'Année polaire internationale. Grâce au concours de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et de ses partenaires, le GCW est en train d'être mis en oeuvre en vue de l'observation et de la surveillance durables de la cryosphère ainsi que de l'obtention de données et d'informations sur la cryosphère. Le GCW donnera lieu à un système exhaustif, coordonné et durable d'observations et d'informations qui permettront de comprendre à fond la cryosphère et les changements qui s'y rapportent. Il comprendra un réseau d'observation de la cryosphère en surface appelé « CryoNet », réseau qui établira les pratiques et les lignes directrices exemplaires en matière de mesure cryosphérique, de formats des données et de métadonnées en s'appuyant sur les efforts actuels. Une tâche complémentaire consiste à dresser l'inventaire des produits satellitaires évolués et généralement acceptés par le monde scientifique. Le GCW établit l'interopérabilité entre les systèmes de gestion des données, et le portail des données du GCW donnera la possibilité d'échanger des données et des informations avec un réseau de fournisseurs interconnectés.


Coordination and sustainability of river observing activities in the Arctic   /   McClelland, J.W.   Tank, S.E.   Spencer, R.G.M.   Shiklomanov, A.I.
Arctic, v. 68, suppl. 1, 2015, p. 59-68, map
ASTIS record 80487
PDF

To understand and respond to changes in the world's northern regions, we need a coordinated system of long-term Arctic observations. River networks naturally integrate across landscapes and link the terrestrial and ocean domains. Changes in river discharge reflect changes in the terrestrial water balance, whereas changes in water chemistry are linked to changes in biogeochemical processes and water flow paths. Sustained measurements of river water discharge and water chemistry are therefore essential components of an Arctic observing network. As we strive to establish and sustain long-term observations in the Arctic, these two measurements must be coupled. Although river discharge and chemistry measurements are already coupled to some extent within national boundaries, this is not done in a consistent and coordinated fashion across the pan-Arctic domain. As a consequence, data quality and availability vary widely among regions. International coordination of river discharge and chemistry measurements in the Arctic would be greatly facilitated by formal commitments to maintain a set of core sites and associated measurements that are mutually agreed upon among pan-Arctic nations. Involvement of the agencies currently operating river discharge gauges around the Arctic and establishment of an overarching coordination entity to implement shared protocols, track data quality, and manage data streams would be essential in this endeavor. Focused studies addressing scale-dependent relationships between watershed characteristics and water chemistry, in-stream processes, and estuarine and coastal dynamics are also needed to support interpretation and application of Arctic river observing data as they relate to land and ocean change.

Pour comprendre les changements qui s'opèrent dans les régions nordiques du monde et y réagir, nous devons nous doter d'un système coordonné d'observation à long terme dans l'Arctique. Les réseaux fluviaux s'intègrent naturellement dans les paysages et relient le domaine terrestre au domaine océanique. Les changements qui s'exercent dans les réseaux fluviaux sont le reflet des changements dans l'équilibre hydrique terrestre, tandis que les changements qui s'exercent sur l'hydrochimie sont liés aux changements caractérisant les processus biogéochimiques et les parcours d'écoulement de l'eau. Par conséquent, un réseau d'observation arctique devrait essentiellement être assorti de mesures durables d'évacuation des eaux fluviales et d'hydrochimie. Au moment où nous nous efforçons d'établir et de soutenir des observations à long terme dans l'Arctique, ces deux types de mesures doivent être suivies en parallèle. Bien que les mesures de l'évacuation fluviale et les mesures chimiques soient déjà, dans une certaine mesure, suivies en parallèle à l'intérieur des frontières nationales, cela ne se fait pas de manière uniforme et coordonnée à la grandeur du domaine panarctique, et en conséquence, la qualité et la disponibilité des données varient beaucoup d'une région à l'autre. La coordination internationale des mesures d'évacuation fluviale et chimiques dans l'Arctique serait grandement facilitée par l'existence d'engagements officiels visant à maintenir une série d'emplacements fondamentaux et de mesures connexes fixées par entente mutuelle au sein des nations panarctiques. La participation des agences qui gèrent les manomètres d'évacuation fluviale dans l'Arctique et l'établissement d'une entité de coordination générale mettant en oeuvre des protocoles partagés, vérifiant la qualité des données et gérant les flux de données seraient également essentiels. Des études ciblées portant sur les relations influencées par l'échelle entre les caractéristiques du bassin hydrographique et l'hydrochimie, sur les processus s'opérant à l'intérieur des cours d'eau et sur la dynamique des estuaires et des rives s'avèrent également nécessaires pour étayer l'interprétation et l'application des données d'observation fluviale de l'Arctique en matière de changement terrestre et océanique.


A framework for prioritization, design and coordination of Arctic long-term observing networks : a perspective from the U.S. SEARCH Program   /   Lee, O.   Eicken, H.   Kling, G.   Lee, C.
Arctic, v. 68, suppl. 1, 2015, p. 76-88, ill., maps
ASTIS record 81011
PDF

Arctic observing networks exist in many countries and often cross international boundaries. We review their status and the development of networked long-term observations as part of a U.S. Arctic Observing System, highlighting major challenges and opportunities for prioritizing observations, designing a network, and increasing coordination. Most Arctic observing activities focus on specific themes and ecosystem services, resulting in a relatively narrow scope of observations for each network. Across all networks there is a need to improve national and international coordination to (1) reduce potential mismatch between identified science needs and outcomes desired by society, (2) link current observing networks to emerging agency and private-sector observing programs across disciplines, and (3) present a stable set of goals and priorities to increase network utility in view of the limited funding resources. We survey the landscape of observing activities and efforts to coordinate them internationally and present a framework for prioritization and coordination based on the activities of the U.S. Study of Environmental Arctic Change (SEARCH). This framework includes a hierarchy of interconnected activities involved in the design and implementation of observing networks. Across the hierarchy, definition of "actionable" science questions helps drive network design, with priorities set by the breadth and depth of the societal applications or policy requirements that these questions can inform. We present an example of applying this design hierarchy to observations that support policy and management decisions about offshore resource development in the Chukchi Sea.

De nombreux pays sont dotés de réseaux d'observation de l'Arctique, et ces réseaux enjambent souvent des frontières internationales. Nous nous penchons sur ces réseaux de même que sur la réalisation d'observations à long terme au moyen d'un réseau américain d'observation de l'Arctique, en prenant soin d'aborder les principaux défis à relever et les possibilités à saisir pour établir les priorités en matière d'observations, pour concevoir le réseau et pour améliorer la coordination. La plupart des activités d'observation de l'Arctique portent sur des thèmes particuliers et des écoservices, ce qui produit une étendue d'observations relativement étroite pour chaque réseau. Dans le cas de tous les réseaux, il y a lieu d'améliorer la coordination nationale et internationale pour (1) réduire la possibilité d'écarts entre les besoins déterminés par la science et les résultats souhaités par la société, (2) lier les réseaux d'observation actuels aux programmes d'observation émergents du secteur public et du secteur privé dans les diverses disciplines, et (3) présenter une série d'objectifs et de priorités stables en vue de rehausser l'utilité des réseaux en fonction du financement restreint. Nous examinons les activités et les efforts d'observation afin d'en assurer la coordination à l'échelle internationale et de présenter un cadre de priorisation et de coordination fondé sur les activités de l'organisme américain Study of Environmental Arctic Change (SEARCH). Ce cadre comprend une hiérarchie d'activités interreliées se rapportant à la conception et à la mise en oeuvre de réseaux d'observation. Dans cette hiérarchie, la définition des questions de science « exploitable » guide la conception de réseaux, les priorités étant fixées par la portée et l'étendue des applications sociétales ou les exigences politiques que ces questions peuvent éclairer. Nous présentons un exemple d'application de cette hiérarchie de conception aux observations sur lesquelles reposent les décisions de politique et de gestion en matière de mise en valeur des ressources au large dans la mer des Tchouktches.


Institutional dimensions of Sustaining Arctic Observing Networks (SAON)   /   Berkman, P.A.
Arctic, v. 68, suppl. 1, 2015, p. 89-99, ill., maps
ASTIS record 81391
PDF

Sustaining Arctic Observing Networks (SAON) implies a system of different sensors that are generating data to be preserved, interpreted, and applied in a continuous manner over a long period on a pan-Arctic scale. This note summarizes the current institutional framework that relates to data generation and use, as well as decision making and operational responses, around the Arctic Ocean. Sustainable solutions will necessarily involve those institutions that have the financial, logistic, policy, and legal capacity to support infrastructure in the Arctic Ocean region into the future. Three options are introduced for supporting SAON as a key element of the sustainable Arctic Ocean infrastructure that governments and Indigenous peoples hope to develop. Option 1 would be for the Arctic coastal states to mandate that a portion of leasehold payments from energy companies be earmarked for general-purpose infrastructure development in the Arctic Ocean region, with specific inclusion of SAON. Option 2 would be for the Arctic Council, as the high-level forum for international cooperation in the Arctic, to spread the burden of supporting SAON among the Arctic states, non-Arctic states, and Indigenous peoples. Option 3 would be to support SAON through coordinated public-private partnerships among diverse organizations and institutions with Arctic remits. Compelling justification for supporting SAON is that it is needed to inform decision making about both sustainable infrastructure development and maritime domain awareness for commercial operations in the Arctic Ocean.

Les réseaux Sustaining Arctic Observing Networks (SAON, ou réseaux d'observation durables de l'Arctique) sont dotés d'un système de capteurs différents qui produisent des données à stocker, à interpréter et à appliquer de manière continue sur une longue période, à l'échelle panarctique. Cette communication résume le cadre institutionnel actuel faisant le lien entre la production des données et leur utilisation, et fait état de la prise de décisions et des interventions opérationnelles relatives à l'océan Arctique. Les solutions durables feront nécessairement appel aux établissements qui possèdent la capacité financière, logistique, politique et juridique de soutenir l'infrastructure dans la région de l'océan Arctique à l'avenir. Trois options sont présentées pour appuyer les réseaux SAON en tant qu'élément-clé de l'infrastructure durable de l'océan Arctique que les gouvernements et les peuples indigènes espèrent aménager. La première option ferait en sorte que les états côtiers de l'Arctique mandateraient qu'une partie des versements à bail de la part des sociétés du secteur de l'énergie soit affectée à l'aménagement de l'infrastructure générale dans la région de l'océan Arctique, ce qui comprendrait les réseaux SAON. La deuxième option viserait à ce que le Conseil de l'Arctique, cette tribune de collaboration internationale de premier plan dans l'Arctique, répartisse le fardeau de soutenir les réseaux SAON entre les états arctiques, les états non arctiques et les peuples indigènes. La troisième option consisterait à faire appuyer les réseaux SAON par des partenariats coordonnés entre divers organismes et établissements du secteur public et du secteur privé pour que des remises soient faites dans l'Arctique. La justification permettant de convaincre de la nécessité de soutenir les réseaux SAON est que l'existence des réseaux s'avère nécessaire pour informer la prise de décisions relatives aux aménagements d'infrastructures durables et à la sensibilisation au domaine maritime en vue de la réalisation d'activités commerciales dans l'océan Arctique.


The U.S. Arctic Observing Viewer : a web-mapping application for enhancing environmental observation of the changing Arctic   /   Manley, W.F.   Gaylord, A.G.   Kassin, A.   Cody, R.   Copenhaver, W.A.   Dover, M.   Escarzaga, S.M.   Font, R.   Garcia, A.E.   Habermann, T.   Lin, D.H.   Score, R.   Villarreal, S.   Tweedie, C.E.
Arctic, v. 68, suppl. 1, 2015, p. 100-110, ill., maps
ASTIS record 81392
PDF

Although much progress has been made with various Arctic Observing efforts, assessing that progress can be difficult. What data collection efforts are established or underway? Where? By whom? To help meet the strategic needs of programs such as the U.S. Study of Environmental Arctic Change (SEARCH), the Arctic Observing Network (AON), Sustaining Arctic Observing Networks (SAON), and related initiatives, an update has been released for the Arctic Observing Viewer (AOV; http://ArcticObservingViewer.org). This web mapping application and information system has begun to compile the who, what, where, and when for thousands of data collection sites (such as boreholes, ship tracks, buoys, towers, sampling stations, sensor networks, vegetation sites, stream gauges, and observatories) wherever marine, terrestrial, or atmospheric data are collected. Contributing partners for this collaborative resource include the U.S. NSF, ACADIS, ADIwg, AOOS, a2dc, AON, ARMAP, BAID, CAFF, IASOA, INTERACT, and others. While focusing on U.S. activities, the AOV welcomes information exchange with international groups for mutual benefit. Users can visualize, navigate, select, search, draw, print, and more. AOV is founded on principles of interoperability, with open metadata and web service standards, so that agencies and organizations can use AOV tools and services for their own purposes. In this way, AOV will reinforce and complement other distributed yet interoperable cyber-resources and will help science planners, funding agencies, researchers, data specialists, and others to assess status, identify overlap, fill gaps, optimize sampling design, refine network performance, clarify directions, access data, coordinate logistics, collaborate, and more in order to meet Arctic Observing goals.

Malgré les progrès réalisés dans le cadre de nombreux efforts d'observation de l'Arctique, les progrès peuvent être difficiles à évaluer. Quelles initiatives de collecte de données sont en cours ou sont établies? À quel endroit? Et qui gère ces initiatives? Pour aider à répondre aux besoins stratégiques de programmes comme ceux de l'organisme américain Study of Environmental Arctic Change (SEARCH), du réseau Arctic Observing Network (AON), des réseaux Sustaining Arctic Observing Networks (SAON) et d'autres programmes connexes, on a procédé à la mise à jour de l'Arctic Observing Viewer (AOV; http://ArcticObservingViewer.org). Ce système d'information jumelé à une application de mappage sur le Web a amorcé la compilation des coordonnées et des renseignements se rapportant à des milliers de sites de collecte de données (comme les trous de forage, les trajets de navires, les bouées, les tours, les stations d'échantillonnage, les réseaux de capteurs, les sites de végétation, les fluviomètres et les observatoires) où des données marines, terrestres ou atmosphériques sont prélevées. Parmi les partenaires qui collaborent à cette ressource, notons U.S. NSF, ACADIS, ADIwg, AOOS, a2dc, AON, ARMAP, BAID, CAFF, IASOA, INTERACT et d'autres encore. Bien que l'AOV se concentre sur les activités américaines, il accepte l'échange d'information avec des groupes internationaux lorsqu'il existe des avantages mutuels. Les utilisateurs peuvent visualiser les données, naviguer dans le système, faire des sélections et des recherches, dessiner, imprimer et ainsi de suite. L'AOV fonctionne moyennant des principes d'interopérabilité, avec des métadonnées ouvertes et des normes de service sur le Web afin que les organismes et les organisations puissent utiliser les outils et les services de l'AOV pour leurs propres fins. De cette façon, l'AOV sera en mesure de consolider et de compléter d'autres cyberressources à la fois réparties et interopérables, en plus d'aider les planificateurs de la science, les bailleurs de fonds, les chercheurs, les spécialistes des données et d'autres encore à évaluer les statuts, à repérer les dédoublements, à combler les écarts, à optimiser les plans d'échantillonnage, à raffiner le rendement des réseaux, à clarifier les consignes, à accéder aux données, à coordonner la logistique, à collaborer et ainsi de suite afin de répondre aux objectifs d'observation de l'Arctique.


© Arctic Institute of North America. Records from this database may be used freely for research and educational purposes, but may not be used to create databases or publications for distribution outside your own organization without prior permission from ASTIS.