AINA Logo
Publications

 


Fifty years of science at the Kluane Lake Research Station   /   Danby, R.K.   Williams, A.   Hik, D.S.
Arctic, v. 67, suppl. 1, 2014, p. iii-viii, ill., map
ASTIS record 80078
PDF

... Over the past 50 years, there has been a complementary emphasis on the training of well over 1000 students - most of whom have gone on to work in the private sector, government, and academia, in fields as diverse as engineering, natural resource management, education, business, the arts, public policy, and scientific research. By any metrics, the significance of KLRS to Yukon, to Canada, and to the world is clearly evident. The year 2011 marked the 50th anniversary of KLRS. Managers and users of the station felt that this occasion was too important to pass unheralded, and a celebratory weekend was organized for 5-7 August, which included a public open house, a science symposium, a workshop, presentations, and much camaraderie over fine northern cuisine, campfires, and music. ... One of the directions that emerged from the anniversary weekend was an idea to assemble a collection of papers that would highlight some of the ongoing research being conducted at KLRS. ... To this end, KLRS researchers were invited to submit papers that would summarize results of their research programs. Papers would be written as reviews, intended not to present new technical results, but to synthesize various research themes, present results to date, and identify gaps in knowledge to help guide further investigation. ... The papers in this issue cover some of the more salient research themes at KLRS, but numerous other topics and research programs ... are not represented. ...


A short and somewhat personal history of Yukon glacier studies in the twentieth century   /   Clarke, G.K.C.
Arctic, v. 67, suppl. 1, 2014, p. 1-21, ill., map
ASTIS record 79575
PDF

Glaciological exploration of the Yukon for scientific purposes began in 1935, with the National Geographic Society’s Yukon Expedition led by Bradford Washburn and the Wood Yukon Expedition led by Walter Wood. However, Project “Snow Cornice,” launched by Wood in 1948, was the first expedition to have glacier science as its principal focus. Wood’s conception of the “Icefield Ranges Research Project” led the Arctic Institute of North America (AINA) to establish the Kluane Lake Research Station on the south shore of Kluane Lake in 1961. Virtually all subsequent field studies of Yukon glaciers were launched from this base. This short history attempts to document the trajectory of Yukon glacier studies from their beginnings in 1935 to the end of the 20th century. It describes glaciological programs conducted from AINA camps at the divide between Hubbard Glacier and the north arm of Kaskawulsh Glacier and at the confluence of the north and central arms of Kaskawulsh Glacier, as well as the galvanizing influence of the 1965 - 67 Steele Glacier surge and the inception and completion of the long-term Trapridge Glacier study. Excluded or minimized in this account are scientific studies that were conducted on or near glaciers, but did not have glaciers or glacier processes as their primary focus.

L'exploration glaciologique du Yukon à des fins scientifiques remonte à 1935, à l'occasion de l'expédition du Yukon par la National Geographic Society dirigée par Bradford Washburn et de l'expédition Wood Yukon dirigée par Walter Wood. Cependant, le projet « Snow Cornice » mis en oeuvre par Walter Wood en 1948 a été la toute première expédition à être axée principalement sur la science des glaciers. En fait, le projet de recherche sur les chaînons des glaciers mis au point par Walter Wood a incité l'Institut arctique de l'Amérique du Nord (IAAN) à mettre sur pied la station de recherche du lac Kluane sur la rive sud du lac Kluane en 1961. Presque toutes les autres études sur le terrain relativement aux glaciers du Yukon ont eu cette base comme point de départ. Cette brève histoire tente de répertorier la trajectoire des études des glaciers du Yukon depuis leurs débuts en 1935 jusqu'à la fin du XXe siècle. On y décrit les programmes glaciologiques réalisés à partir des camps de l'IAAN à la ligne de partage entre le glacier Hubbard et le bras nord du glacier Kaskawulsh ainsi qu'à la confluence des bras nord et centre du glacier Kaskawulsh. On y décrit également l'influence de galvanisation de la crue du glacier Steele de 1965 à 1967 ainsi que la création et l'achèvement de l'étude à long terme du glacier Trapridge. Cette brève histoire aborde à peine, voire pas du tout, les études scientifiques réalisées sur les glaciers ou près de ceux-ci, études pour lesquelles les glaciers ou les processus des glaciers n'étaient pas le point de mire.


Contemporary glacier processes and global change : recent observations from Kaskawulsh Glacier and the Donjek Range, St. Elias Mountains   /   Flowers, G.E.   Copland, L.   Schoof, C.G.
Arctic, v. 67, suppl. 1, 2014, p. 22-34, ill., maps
ASTIS record 79576
PDF

With an extensive ice cover and rich display of glacier behaviour, the St. Elias Mountains continue to be an enviable natural laboratory for glaciological research. Recent work has been motivated in part by the magnitude and pace of observed glacier change in this area, which is so ice-rich that ice loss has a measurable impact on global sea level. Both detection and attribution of these changes, as well as investigations into fundamental glacier processes, have been central themes in projects initiated within the last decade and based at the Kluane Lake Research Station. The scientific objectives of these projects are (1) to quantify recent area and volume changes of Kaskawulsh Glacier and place them in historical perspective, (2) to investigate the regional variability of glacier response to climate and the modulating influence of ice dynamics, and (3) to characterize the hydromechanical controls on glacier sliding. A wide range of methods is being used, from ground-based manual measurements to space-based remote sensing. The observations to date show glaciers out of equilibrium, with significant ongoing changes to glacier area, volume, and dynamics. Computer models are being used to generalize these results, and to identify the processes most critical to our understanding of the coupled glacier-climate system.

Grâce à leur importante couverture de glace et au riche étalage de comportement des glaciers, les monts St. Elias continuent de servir de laboratoire naturel enviable pour la recherche glaciologique. Des études récentes ont été motivées, en partie, par la magnitude et la vitesse des changements observés dans les glaciers de l'endroit, qui sont riches en glace au point que la perte de glace a une incidence mesurable sur le niveau général de la mer. La détection et l'attribution de ces changements de même que les recherches à l'égard des processus des glaciers ont servi de thème central à des projets qui ont été mis en oeuvre au cours de la dernière décennie à la station de recherche du lac Kluane. Les objectifs scientifiques de ces projets consistent (1) à quantifier les changements récents relativement à l'aire et au volume du glacier Kaskawulsh, puis à les mettre dans une perspective historique, (2) à faire enquête sur la variabilité générale de la réaction du glacier vis-à-vis du climat et de l'influence modulatrice de la dynamique de la glace, et (3) à caractériser le contrôle hydromécanique par rapport au glissement du glacier. Une vaste gamme de méthodes est employée pour parvenir à ces fins, allant des mesures manuelles sur le terrain à la télédétection spatiale. Jusqu'à maintenant, les observations indiquent que les glaciers ne sont pas en équilibre et que d'importants changements se produisent quant à l'aire, au volume et à la dynamique du glacier. Des modèles informatiques sont utilisés pour généraliser ces résultats ainsi que pour cerner les processus les plus critiques à notre compréhension du système couplé glacier-climat.


Ice cores from the St. Elias Mountains, Yukon, Canada : their significance for climate, atmospheric composition and volcanism in the North Pacific region   /   Zdanowicz, C.   Fisher, D.   Bourgeois, J.   Demuth, M.   Zheng, J.   Mayewski, P.   Kreutz, K.   Osterberg, E.   Yalcin, K.   Wake, C.   Steig, E.J.   Froese, D.   Goto-Azuma, K.
Arctic, v. 67, suppl. 1, 2014, p. 35-57, ill., maps
ASTIS record 79199
PDF

A major achievement in research supported by the Kluane Lake Research Station was the recovery, in 2001 - 02, of a suite of cores from the icefields of the central St. Elias Mountains, Yukon, by teams of researchers from Canada, the United States, and Japan. This project led to the development of parallel, long (103 - 104 year) ice-core records of climate and atmospheric change over an altitudinal range of more than 2 km, from the Eclipse Icefield (3017 m) to the ice-covered plateau of Mt. Logan (5340 m). These efforts built on earlier work recovering single ice cores in this region. Comparison of these records has allowed for variations in climate and atmospheric composition to be linked with changes in the vertical structure and dynamics of the North Pacific atmosphere, providing a unique perspective on these changes over the Holocene. Owing to their privileged location, cores from the St. Elias Icefields also contain a remarkably detailed record of aerosols from various sources around or across the North Pacific. In this paper we review major scientific findings from the study of St. Elias Mountain ice cores, focusing on five main themes: (1) The record of stable water isotopes (delta 18O, delta D), which has unique characteristics that differ from those of Greenland, other Arctic ice cores, and even among sites in the St. Elias; (2) the snow accumulation history; (3) the record of pollen, biomass burning aerosol, and desert dust deposition; (4) the record of long-range air pollutant deposition (sulphate and lead); and (5) the record of paleo-volcanism. Our discussion draws on studies published since 2000, but based on older ice cores from the St. Elias Mountains obtained in 1980 and 1996.

Une des grandes réalisations de la recherche appuyée par la station du lac Kluane fut l’extraction, en 2001-2002, d’une série de carottes de glace provenant de la chaîne des monts St. Elias, au Yukon, par des équipes de chercheurs du Canada, des États-Unis et du Japon. Ce projet a mené à l’établissement de multiples chronologies, longues de 103 à 104 ans, détaillant des changements climatiques et atmosphériques à diverses altitudes, depuis le champ de glace Eclipse (3 017 m) jusqu’au plateau englacé du mont Logan (5 340 m). Ces travaux s’appuyaient sur des carottages glaciologiques précédents dans cette même région (1980, 1996). La comparaison de ces diverses données a permis d’identifier des relations possibles entre des variations régionales du climat et de la composition de l’air d’une part, et des modifications de la structure verticale et de la dynamique de l’atmosphère dans le secteur Nord du Pacifique d’autre part. Ces relations offrent un nouvel éclairage sur les changements climatiques au cours l’Holocène dans la région. En raison de leur emplacement privilégié, les carottes de glace des monts St. Elias préservent également des retombées d’aérosols de divers types et de sources variées provenant de la zone du Pacifique Nord. Dans cet article, nous passons en revue les principaux résultats scientifiques obtenus par l’analyse des carottages glaciologiques des monts St. Elias, et qui recouvrent cinq grands thèmes : (1) les variations des rapports d’isotopes stables de l’eau (delta 18O, delta D) dans la glace, qui présent des particularités uniques différant de celles de carottes du Groenland, d’autres secteurs de l’Arctique, et même de différents sites au sein même des monts St. Elias; (2) les variations historiques d’accumulation de la neige; (3) les retombées de pollen, d’émissions de feux de brousse, et de poussières minérales; (4) les retombées de polluants atmosphériques à longue portée (sulfate et plomb); et (5) les retombées d’aérosols d’origine volcanique. Notre discussion intègre également des études de forages glaciologiques effectués en 1980 et en 1996, mais dont les résultats n’ont été publiés que depuis l’an 2000.


Paleoenvironmental studies in southwestern Yukon   /   Gajewski, K.   Bunbury, J.   Vetter, M.   Kroeker, N.   Khan, A.H.
Arctic, v. 67, suppl. 1, 2014, p. 58-70, ill., maps
ASTIS record 79053
PDF

The St. Elias Mountain region has occupied an important place in the study of the Quaternary because it presents a relatively accessible non-polar icefield and an array of environments from tundra to boreal forest. Paleoenvironmental studies in southwestern Yukon have documented the broad-scale climatic changes of the past 20 000 years, although few studies exist with well-dated sequences at high temporal resolution. Picea glauca arrived across the entire region around 10 000 years ago; however, the details regarding its migration pathways are not well known. Available records indicate few major changes in the composition of the boreal forest vegetation since that time. A slightly more intense fire regime in the early to mid Holocene has been suggested, but this conclusion is based on only a few studies. Variations in the tree line during the Holocene have been examined, but these studies also lack details. There is no evidence for more extensive grasslands in the area during the Holocene. Paleolimnological studies indicate that changes in populations of aquatic organisms have occurred in response to either Holocene climates or watershed variability.

La région du mont St. Elias occupe une place importante dans l'étude du Quaternaire parce qu'elle recèle un champ de glace non polaire relativement accessible ainsi qu'une panoplie d'environnements, allant de la toundra à la forêt boréale. Des études paléoécologiques effectuées dans le sud-ouest du Yukon ont permis de documenter les changements climatiques à grande échelle des 20 000 dernières années, et ce, même s'il existe peu d'études dotées de séquences bien datées de grande résolution temporelle. Picea glauca est arrivée dans toute la région il y a environ 10 000 ans. Cependant, les détails concernant sa voie de migration ne sont pas bien connus. Les données disponibles indiquent peu de changements majeurs dans la composition de la forêt boréale depuis cette période. Un régime des feux un peu plus intense de l'Holocène inférieur à l'Holocène moyen a été suggéré, mais cette conclusion ne repose que sur un petit nombre d'études. Les variations caractérisant la limite des arbres pendant l'Holocène ont été examinées, mais ces études ne sont également pas suffisamment détaillées. Il n'existe pas de preuve qu'il existait des prairies à plus grande échelle dans la région pendant l'Holocène. Des études paléolimnologiques indiquent que des changements caractérisant les populations d'organismes se sont produits en raison de la variabilité des climats ou dans des bassins hydrographiques de l'Holocène.


Trophic dynamics of the boreal forests of the Kluane region   /   Krebs, C.J.   Boonstra, R.   Boutin, S.   Sinclair, A.R.E.   Smith, J.N.M.   Gilbert, B.S.   Martin, K.   O'Donoghue, M.   Turkington, R.
Arctic, v. 67, suppl. 1, 2014, p. 71-81, ill.
ASTIS record 79055
PDF

The trophic dynamics of the Yukon boreal forest have been under investigation at the Kluane Lake Research Station since 1973. We monitored and conducted experiments on the major species in this ecosystem, except the large mammals (for logistic reasons). The central problem has been to determine the causes of the 9 – 10 year cycle of snowshoe hares, and to achieve this we carried out several large-scale experiments manipulating food supplies, predator pressure, and soil nutrient availability to test hypotheses that food, predation, or habitat quality regulate populations. The hare cycle is driven top-down by predators, and most hares die because they are killed by predators. Predators also cause stress in female hares, and the stress response seems to be responsible for the loss of reproductive potential in the decline and low phases of the hare cycle. Many of the specialist predators and some herbivores in this ecosystem fluctuate with the hare cycle. Arctic ground squirrels do, but red squirrels do not, being linked closely to white spruce seed masting years. Small rodents fluctuate in numbers in two patterns. Red-backed voles and four species of Microtus voles have a 3 – 4 year cycle that seems to be driven by food supplies and social behaviour. Deer mice, in contrast, have fluctuated dramatically in the 38 years we have monitored them, but not cyclically. White spruce seed production varies with temperature and rainfall, but was not affected by adding nutrients in fertilizer. Global warming and reduced hare browsing in the last 20 years have helped to increase the abundance of shrubs in these forests. It will be challenging to predict how this system will change as climatic warming proceeds, because even closely related species in the same trophic level respond differently to perturbations. We recommend continued monitoring of the major species in these boreal forests.

La dynamique trophique de la forêt boréale du Yukon fait l'objet d'une étude à la station de recherche du lac Kluane depuis 1973. Nous avons fait des expériences et surveillé les espèces importantes de cet écosystème, sauf en ce qui a trait aux principaux mammifères (pour des raisons de logistique). Le problème central a consisté à déterminer les causes du cycle de 9 à 10 ans du lièvre d'Amérique. Pour ce faire, nous avons effectué plusieurs expériences à grande échelle dans le cadre desquelles nous avons manipulé les disponibilités alimentaires, la pression exercée par les prédateurs et la disponibilité en nutriments dans le sol afin de mettre à l'épreuve les hypothèses selon lesquelles la nourriture, la prédation ou la qualité de l'habitat régularisent les populations. Le cycle du lièvre est dicté par les prédateurs de haut en bas, et la plupart des lièvres meurent parce qu'ils sont tués par les prédateurs. Par ailleurs, les prédateurs sont une source de stress chez les lièvres femelles, et la réaction au stress semble responsable de la perte de capacité de reproduction dans la phase du déclin et la phase basse du cycle du lièvre. Grand nombre des prédateurs spécialistes et certains herbivores de cet écosystème fluctuent en fonction du cycle du lièvre. C'est le cas du spermophile arctique, mais ce n'est pas le cas de l'écureuil roux, car il est étroitement lié aux années de paisson de graines d'épinette blanche. Le nombre de petits rongeurs fluctue en fonction de deux modèles. Le campagnol à dos roux et quatre espèces de campagnols Microtus ont un cycle de trois à quatre ans qui semble dicté par les disponibilités alimentaires et le comportement social, tandis que la souris sylvestre a connu d'énormes fluctuations pendant les 38 années qui ont fait l'objet d'une surveillance, sans toutefois afficher de cycles. La production de graines d'épinette blanche varie en fonction des températures et des chutes de pluie, mais n'a pas été influencée par l'ajout de nutriments au fertilisant. Le réchauffement planétaire et le broutage réduit des lièvres ces 20 dernières années ont aidé à accroître l'abondance d'arbustes dans ces forêts. Il sera difficile de prévoir comment ce système changera au fur et à mesure du réchauffement climatique, car même les espèces étroitement liées du même niveau trophique réagissent aux perturbations de manière différente. Nous recommandons la surveillance continue des principales espèces de ces forêts boréales.


Equipped for life in the boreal forest : the role of the stress axis in mammals   /   Boonstra, R.   Dantzer, B.   Delehanty, B.   Fletcher, Q.E.   Sheriff, M.J.
Arctic, v. 67, suppl. 1, 2014, p. 82-97, ill.
ASTIS record 79577
PDF

The hypothalamic-pituitary-adrenal axis (stress axis) plays a central role in equipping mammals to succeed in the challenging environment of the boreal forest. Over the last 20 years, we have tackled a broad range of topics to understand how the stress axis functions in four key herbivore species. The central challenge for snowshoe hares is coping with their predators, whereas for the others, it is primarily coping with each other (especially during reproduction) and with their physical environment. Hares are severely stressed by their predators during the population decline. The predator threat causes major changes in the stress axis of hares and reduces their reproduction; in addition, acting through maternal programming, it is the most plausible explanation for the extended period of low numbers following the population decline. Arctic ground squirrel males have an intense breeding season for two to three weeks in early spring, after which many of them die. The functioning of their stress axis changes markedly and is key in meeting their energy demands during this period. In contrast, red-backed vole males, though also short-lived, breed repeatedly only in the summer of their life, and their stress axis shows no change in function. However, their reproductive effort negatively affects their long-term survival. Territorial red squirrels experience marked interannual fluctuations in their major food source (white spruce seed), resulting in major fluctuations in their densities and consequently in the intensity of territorial competition. Changes in the densities of red squirrels also alter maternal stress hormone levels, inducing adaptive plasticity in offspring postnatal growth rates that prepares offspring for the environment they will encounter at independence. To survive winter, red squirrels need to defend their territories year-round, and the basis of this defense appears to be adrenal dehydroepiandrosterone, which has the benefits, but not the costs, of gonadal steroids. Arctic ground squirrels survive winter by hibernating in deeply frozen ground. Unlike all other hibernators, they have evolved a unique adaptation: high levels of adrenal androgens in summer to accumulate protein reserves that they then burn in winter. With a rapidly changing climate, the stress axis will play a key role in permitting northern animals to adapt, but the linkages between the changes in the abiotic and biotic components of the boreal forest and the phenotypic plasticity in the stress response of its inhabitants are not well understood for these or any other herbivore species.

L'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (l'axe du stress) joue un rôle central pour aider les mammifères à réussir dans l'environnement difficile de la forêt boréale. Ces 20 dernières années, nous nous sommes penchés sur une vaste gamme de sujets afin de comprendre comment fonctionne l'axe du stress chez quatre grandes espèces herbivores. Pour le lièvre d'Amérique, le défi central consiste à faire face à ses prédateurs, tandis que pour les autres espèces, ce défi consiste à se faire face mutuellement (surtout pendant la reproduction) de même qu'à faire face à leur environnement physique. Les lièvres subissent beaucoup de stress de la part de leurs prédateurs pendant la diminution de la population. La menace des prédateurs est la cause de changements majeurs sur l'axe du stress des lièvres, ce qui a pour effet de réduire leur reproduction. De plus, en raison de leur programmation maternelle, il s'agit de l'explication la plus plausible justifiant la période prolongée de leur faible nombre suivant la diminution de la population. Le spermophile arctique mâle a une période de reproduction intense pendant deux à trois semaines au début du printemps et après cela, un grand nombre d'entre eux meurent. Le fonctionnement de son axe de stress change de façon marquée, ce qui est essentiel à sa demande en énergie pendant cette période. Par contraste, le campagnol à dos roux mâle, même s'il ne vit également pas longtemps, se reproduit à répétition seulement pendant l'été de sa vie, et le fonctionnement de son axe de stress ne montre aucun changement. Cependant, ses efforts de reproduction ont des incidences négatives sur sa survie à long terme. Pour sa part, la principale source d'alimentation (les graines d'épinette blanche) de l'écureuil roux territorial connaît des fluctuations interannuelles marquées, ce qui se traduit par une fluctuation majeure en matière de densité de cette espèce animale et, par conséquent, en matière d'intensité de la concurrence pour le territoire. Les changements de densité d'écureuils roux exercent également une influence sur les taux d'hormone maternelle de stress, ce qui donne lieu à une plasticité adaptative des taux de croissance postnatale de la progéniture qui prépare la progéniture pour faire face à l'environnement dans lequel ils évolueront au stade de l'indépendance. Pour survivre à l'hiver, l'écureuil roux doit défendre son territoire à l'année et pour y parvenir, il se sert de la déhydroépiandrostérone surrénalienne, qui comporte les avantages des stéroïdes gonades, sans les coûts. Le spermophile arctique survit à l'hiver en hibernant dans le sol gelé en profondeur. Contrairement à tous les autres hibernateurs, il s'est développé une adaptation unique en son genre, soit des taux élevés d'androgènes surrénaliens en été qui lui permettent d'accumuler les réserves de protéines qu'il brûle ensuite pendant l'hiver. À la lumière du changement climatique rapide, l'axe de stress jouera un rôle-clé pour permettre aux animaux du Nord de s'adapter, mais les liens entre les changements des composantes abiotiques et biotiques de la forêt boréale et la plasticité phénotypique de la réaction de stress de ses habitants ne sont pas bien compris dans le cas de ces espèces herbivores ou de toute autre espèce herbivore.


Herbaceous community structure and function in the Kluane region   /   Turkington, R.   McLaren, J.R.   Dale, M.R.T.
Arctic, v. 67, suppl. 1, 2014, p. 98-107, ill.
ASTIS record 79058
PDF

Our research on the herbaceous understory vegetation in the Kluane region, Yukon, has focused on the structure and function of natural forest understory and grassland communities. The research has involved two long-term projects. The first investigated fertilizer addition and mammalian herbivore exclosure in understory vegetation over a 20-year period and showed that nutrient availability, and not herbivory, controlled herbaceous biomass. Fertilization increased the amount and nutrient content of vegetation, but 13 species were lost, whereas natural levels of mammalian herbivory rarely affected this vegetation or its diversity. The second study investigated how removing plant functional groups from a grassland influences its functioning. Over a seven-year period, we determined that the identity of the functional group was important in determining ecosystem properties and that graminoids were more influential than expected from their proportional biomass. In both of these studies, short-term responses were transient and not indicative of longer-term responses of these communities. This finding reinforces the need for long-term experiments, especially in northern ecosystems. The long-term plots from both projects will continue to be valuable, and they may detect shifts in the plant community due to climate change or unique events in the area.

Notre recherche sur la végétation herbacée de sous-bois dans la région de Kluane, au Yukon, a porté plus précisément sur la structure et la fonction des communautés de forêt naturelle de sous-bois et d'herbages. Cette recherche était composée de deux projets à long terme. Le premier projet consistait à étudier l'ajout de fertilisant et l'exclos de mammifères herbivores dans la végétation de sous-bois sur une période de 20 ans, ce qui a permis de montrer que la disponibilité de nutriments, et non pas l'herbivorisme, contrôlait la biomasse herbacée. La fertilisation a ainsi eu pour effet d'accroître la quantité de végétation ainsi que sa teneur en nutriments, mais 13 espèces ont été perdues, tandis que les taux naturels d'herbivorisme chez les mammifères ont eu peu d'incidences sur cette végétation ou sa diversité. Le deuxième projet consistait à étudier comment le retrait de groupes végétaux fonctionnels dans les herbages influence leur fonctionnement. Pendant une période de sept ans, nous avons déterminé que l'identité du groupe fonctionnel jouait un rôle important dans la détermination des propriétés de l'écosystème et que les graminoïdes exerçaient une plus grande influence que prévu à partir de leur biomasse proportionnelle. Pour ces deux projets, les réactions à court terme étaient transitoires et non indicatives des réactions à plus long terme au sein de ces communautés. Cette constatation renforce la nécessité de faire des expériences de longue échéance, surtout dans les écosystèmes nordiques. Les résultats à long terme de ces deux projets continueront de revêtir de l'importance et pourraient permettre de déceler des variations sur le plan de la communauté végétale, variations attribuables à des changements climatiques ou à des événements uniques susceptibles de se produire dans la région.


© Arctic Institute of North America. Records from this database may be used freely for research and educational purposes, but may not be used to create databases or publications for distribution outside your own organization without prior permission from ASTIS.