AINA Logo
Publications

 


Protecting the health of First Nation personnel at contaminated sites : a case study of mid-Canada Radar Line Site 050 in northern Canada   /   Tsuji, L.J.S.   Wainman, B.C.   Weber, J.-P.   Sutherland, C.   Katapatuk, B.   Nieboer, E.
Arctic, v. 58, no. 3, Sept. 2005, p. 233-240, maps
ASTIS record 57368
PDF

Recently, First Nation (FN) organizations have entered into agreements with federal and provincial government representatives to remediate radar-line sites in Ontario. These agreements stipulated that FN people would take part in the site delineation and remediation process to gain job experience and economic benefits. One important aspect of the process was protecting FN personnel from contaminant exposure and thus, from potential negative health outcomes associated with the cleanup work itself. In this paper, we describe the safety precautions used by FN workers preparing Mid-Canada Radar Line (MCRL) Site 050 for Phase 2 of the delineation process and the health monitoring protocol that was tested. We measured concentrations of total polychlorinated biphenyls (PCBs as Aroclor 1260), 14 individual PCB congeners, p,p'-DDT, p,p'-DDE, nine other organochlorine pesticides, and lead in the blood of Fort Albany FN workers before they started work at Site 050 and approximately a week before they completed their three-month work period in the contaminated zone. No significant differences were found in the paired samples. These results indicate that the safety precautions taken were adequate for the work and the site in question. The monitoring protocol discussed here may be used as a template and modified to meet the specific needs of other projects. The results of this study are important because other Aboriginal groups have entered or will be entering into agreements with government organizations for the remediation of other MCRL sites in Ontario and across Canada.

Les stations de ligne radar désaffectées situées tant dans l'Arctique que dans le Subarctique canadiens seraient des sources ponctuelles de contamination. Des organismes des Premières nations ont participé dernièrement, avec des représentants des gouvernements fédéral et provinciaux, à des accords visant l'assainissement des stations de ligne radar en Ontario. Ces accords stipulaient que des membres des Premières nations prendraient part à la délimitation des sites et au processus d'assainissement afin d'acquérir de l'expérience de travail et de profiter des retombées économiques. Un volet important de ce processus visait à protéger le personnel autochtone de l'exposition aux contaminants et donc, d'effets potentiels négatifs pour la santé associés aux opérations de nettoyage mêmes. Dans cet article, on décrit les mesures de sécurité utilisées par les travailleurs autochtones œuvrant sur le site 050 de la ligne radar Mid-Canada durant la phase 2 du processus de délimitation, ainsi que le protocole de contrôle de la santé mis alors à l'essai. On a mesuré les concentrations de l'accumulation de diphényles polychlorés (PCB comme l'Arochlore 1260), de 14 congénères de PCB, de p,p'-DDT, de p,p'-DDE, de neuf autres pesticides organochlorés ainsi que de plomb dans le sang des travailleurs autochtones de Fort Albany avant qu'ils commencent à travailler au site 050 et une semaine environ avant qu'ils terminent leur période de travail de trois mois dans la zone contaminée. On n'a pas trouvé de différences significatives entre les échantillons appariés. Ces résultats révèlent que les mesures de sécurité prises étaient adéquates pour le travail et le site en question. Le protocole de contrôle discuté ici pourrait servir de modèle et être adapté pour répondre aux critères spécifiques d'autres projets. Les résultats de cette étude sont importants car d'autres groupes autochtones participent actuellement ou vont participer à des accords avec des agences gouvernementales visant l'assainissement d'autres sites de la ligne radar Mid-Canada en Ontario et à travers le Canada.


Antler mass of barren-ground caribou relative to body condition and pregnancy rate   /   Thomas, D.   Barry, S.
Arctic, v. 58, no. 3, Sept. 2005, p. 241-246, ill.
ASTIS record 57371
PDF

Antlers of caribou (Rangifer tarandus) likely contribute to breeding success of males, defence of feeding sites by females, and recognition of the hierarchical status of conspecifics. However, few data are available on how antler mass is related to age, body mass, fat reserves, other physical indices, and reproduction. Mass of antlers was recorded for 958 caribou obtained in early and late winter, 1982 through 1987, from the Beverly herd of barren-ground caribou (R. t. groenlandicus) in north-central Canada. In females, antler mass increased with age to 14 years, whereas mean body mass was stable from 7 through 13 years. Female antler mass correlated with body mass, body size, fat indices, and pregnancy rate both among and within age classes. In males, antler mass correlated highly with lean body mass to age 4 years. Antler mass varied among years in concert with fatness in females and with changes in body mass in both sexes. We conclude that antler mass is an index of body mass, body size, condition, and pregnancy rate, but high variation makes it inferior to other indices.

La ramure du caribou (Rangifer tarandus) contribue probablement au succès de la reproduction chez le mâle, à la défense des aires d'alimentation chez la femelle et à la reconnaissance du statut hiérarchique parmi les congénères. On possède toutefois peu de données sur la façon dont le poids de la ramure est relié à l'âge, à la masse corporelle, aux réserves de gras, à d'autres indices physiques et à la reproduction. On a consigné le poids des ramures pour 958 caribous prélevés au sein de la harde Beverly de caribous des toundras (R. t. groenlandicus) dans le centre-nord du Canada, au début et à la fin de l'hiver, de 1982 à 1987. Chez la femelle, le poids de la ramure augmentait avec l'âge jusqu'à 14 ans, alors que de 7 à 13 ans, la moyenne de la masse corporelle était stable. Chez la femelle, le poids de la ramure était en corrélation avec la masse corporelle, la taille du corps, les indices de gras et le taux de gestation entre les groupes d'âge et au sein de ces groupes. Chez le mâle, le poids de la ramure était fortement corrélé avec la masse corporelle maigre jusqu'à l'âge de 4 ans. Le poids de la ramure variait d'une année à une autre de concert avec l'adiposité chez la femelle, et de concert avec les changements dans la masse corporelle chez les deux sexes. On conclut que le poids de la ramure constitue un indice de la masse corporelle, de la taille du corps, de l'état corporel et du taux de gestation, mais que sa grande variation en fait un indice inférieur à d'autres.


Allocating harvests among polar bear stocks in the Beaufort Sea   /   Amstrup, S.C.   Durner, G.M.   Stirling, I.   McDonald, T.L.
Arctic, v. 58, no. 3, Sept. 2005, p. 247-259, maps
ASTIS record 57372
PDF

Recognition that polar bears are shared by hunters in Canada and Alaska prompted development of the “Polar Bear Management Agreement for the Southern Beaufort Sea.” Under this Agreement, the harvest of polar bears from the southern Beaufort Sea (SBS) is shared between Inupiat hunters of Alaska and Inuvialuit hunters of Canada. Quotas for each jurisdiction are to be reviewed annually in light of the best available scientific information. Ideal implementation of the Agreement has been hampered by the inability to quantify geographic overlap among bears from adjacent populations. We applied new analytical procedures to a more extensive radiotelemetry data set than has previously been available to quantify that overlap and thereby improve the efficacy of the Agreement. We constructed a grid over the eastern Chukchi Sea and Beaufort Sea and used two-dimensional kernel smoothing to assign probabilities to the distributions of all instrumented bears. A cluster analysis of radio relocation data identified three relatively discrete groups or “populations” of polar bears: the SBS, Chukchi Sea (CS), and northern Beaufort Sea (NBS) populations. With kernel smoothing, we calculated relative probabilities of occurrence for individual members of each population in each cell of our grid. We estimated the uncertainty in probabilities by bootstrapping. Availability of polar bears from each population varied geographically. Near Barrow, Alaska, 50% of harvested bears are from the CS population and 50% from the SBS population. Nearly 99% of the bears taken by Kaktovik hunters are from the SBS. At Tuktoyaktuk, Northwest Territories, Canada, 50% are from the SBS and 50% from the NBS population. We displayed the occurrence of bears from each population as probabilities for each cell in our grid and as maps with contour lines delineating changes in relative probability. This new analytical approach will greatly improve the accuracy of allocating harvest quotas among hunting communities and jurisdictions while assuring that harvests remain within the bounds of sustainable yield.

La reconnaissance du fait que l'ours polaire est chassé tant au Canada qu'en Alaska a initié la création de l'«Accord de gestion de l'ours polaire dans le sud de la mer de Beaufort». En vertu de cet accord, le prélèvement de l'ours polaire du sud de la mer de Beaufort est partagé entre les chasseurs inupiat de l'Alaska et les chasseurs inuvialuit du Canada. Les quotas pour chaque territoire de compétence doivent être révisés sur une base annuelle à la lumière de la meilleure information scientifique disponible. Une parfaite mise en œuvre de l'accord a été rendue difficile en raison de l'impossibilité de quantifier le chevauchement géographique des populations d'ours voisines. En vue de quantifier ce chevauchement et d'améliorer ainsi l'efficacité de l'accord, on a appliqué de nouvelles procédures analytiques à un plus vaste ensemble de données télémétriques qu'on n'avait pu le faire auparavant. On a construit une grille recouvrant l'est de la mer des Tchouktches et la mer de Beaufort, et on a utilisé une méthode de lissage bidimensionnel par noyaux afin d'assigner des probabilités aux distributions de tous les ours appareillés. Une analyse de groupage des données de déplacement obtenues par radiocommunication a révélé trois groupes relativement distincts ou «populations» d'ours polaires, soit celles du sud de la mer de Beaufort (SMB), de la mer des Tchouktches (MT) et du nord de la mer de Beaufort (NMB). En recourant à la méthode de lissage par noyaux, on a calculé les probabilités relatives de présence des membres individuels de chaque population dans chacune des mailles de notre grille. On a évalué l'incertitude dans les probabilités par la méthode de bootstrapping. La disponibilité d'ours polaires au sein de chacune des populations variait géographiquement. Près de Barrow en Alaska, 50 % des ours prélevés viennent de la population MT, et 50 %, de la population SMB. Près de 99 % des ours abattus par les chasseurs de Kaktovik proviennent de la SMB. À Tuktoyaktuk, dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada, 50 % des prises proviennent de la population SMB et 50 % de celle de la NMB. On a représenté la présence des ours de chaque population sous la forme de probabilités pour chaque maille de notre grille et sous celle de cartes avec courbes de niveau délimitant les changements dans la probabilité relative. Cette nouvelle approche analytique va grandement améliorer la justesse de l'attribution des quotas de prélèvement parmi les communautés de chasseurs et les territoires dont ils relèvent, tout en garantissant que les prélèvements restent dans les limites d'un rendement durable.


Dissipation of bromide and metribuzin affected by tillage and crop residue management in Subarctic Alaska   /   Sharratt, B.S.   Knight, C.W.
Arctic, v. 58, no. 3, Sept. 2005, p. 260-267, ill.
ASTIS record 57374
PDF

Prudent use of agricultural fertilizers and herbicides is paramount for sustaining or improving surface and ground water quality in Subarctic regions, but little information is available that documents the loss of chemicals from agricultural lands in the Subarctic. This study aimed to ascertain more clearly how time of application and land management practices affect the loss of bromide and metribuzin in a Subarctic soil. Potassium bromide (KBr), a surrogate for nitrate, and metribuzin, commonly used to control broadleaf weeds, were applied in the autumn of 1996 and the spring of 1997 to a silt loam that had been subjected to conventional tillage (CT), minimum tillage (disk once [DO]), and no tillage (NT) since 1983. Superimposed on the tillage treatments were the removal or retention of barley (Hordeum vulgare L.) stubble and loose straw. Loss of these chemicals was ascertained by sampling the soil profile at the time of heading of barley, before freeze-up of the soil in autumn, and after spring thaw until September 1998. Tillage and residue treatments did not influence the recovery of autumn-applied or spring-applied Br. However, recovery of Br diminished with time: about 30% of the Br applied in autumn and 45% of that applied in spring remained in the soil profile by September 1998. Tillage, but not residue, treatments influenced the recovery of metribuzin. Recovery of metribuzin at the termination of this study was 6% or more in NT soil and 2% or less in CT and DO soil; greater recovery in NT soil was presumably a result of slower degradation in NT than in CT and DO. This study suggests that bromide (and thus nitrate) and metribuzin are more prone to leaching when applied in autumn and that tillage practices affect retention of metribuzin, but not nitrate, in the soil of Subarctic Alaska.

Une utilisation prudente des engrais et des herbicides est cruciale au maintien ou à l'amélioration de la qualité de l'eau de surface et de l'eau souterraine dans les régions subarctiques, mais il existe peu de documentation sur la déperdition des produits chimiques dans le sol des terres agricoles du Subarctique. Cette étude vise à établir avec plus de précision la façon dont le moment de l'application et les pratiques de gestion des terres affectent la déperdition du bromure et de la métribuzine dans un sol subarctique. Le bromure de potassium (KBr), un substitut du nitrate, et la métribuzine, couramment utilisée pour lutter contre les dicotylédones, ont été appliqués en automne 1996 et au printemps 1997 sur un loam limoneux qui avait subi un travail du sol classique (TC), un travail minimum (un seul passage du cultivateur à disque [TM]) et aucun travail (AT) depuis 1983. On a ajouté au travail du sol le déchaumage de l'orge (Hordeum vulgare L.) ou le maintien du chaume et de la paille. On a vérifié la déperdition de ces produits chimiques jusqu'en septembre 1998 en analysant le profil pédologique au moment de l'épiaison de l'orge, avant que le sol gèle à l'automne et après le dégel printanier. Le travail du sol et le traitement des résidus n'ont pas influencé la récupération du Br appliqué en automne ou au printemps. La récupération du Br a cependant diminué avec le temps: en septembre 1998, environ 30 % du Br appliqué à l'automne et 45 % de celui appliqué au printemps persistaient dans le profil pédologique. Le travail du sol, mais pas le traitement des résidus, influençait la récupération de la métribuzine. À la fin de l'étude, la récupération de la métribuzine était de 6 % ou plus dans le sol AT, et de 2 % ou moins dans les sols TC et TM; une récupération plus importante dans le sol AT résultait probablement d'une dégradation plus lente dans le AT que dans le TC et le TM. Cette étude suggère que le bromure (et, par conséquent, le nitrate) et la métribuzine sont plus sujets au lessivage quand ils sont appliqués en automne, et que les pratiques de travail du sol affectent la rétention de la métribuzine, mais pas celle du nitrate, dans le sol de l'Alaska subarctique.


Wintering areas and recovery rates of Brünnich's Guillemots, Uria lomvia, ringed in the Svalbard Archipelago   /   Bakken, V.   Mehlum, F.
Arctic, v. 58, no. 3, Sept. 2005, p. 268-275, maps
ASTIS record 57375
PDF

We mapped wintering areas and estimated the recovery rates of Brünnich's guillemots (thick-billed murres) ringed in Svalbard during 1954-98. Recoveries were reported from Iceland, Greenland, and Newfoundland. An intensive hunt occurs annually off Greenland and Newfoundland, and more than 95% of the recovered birds were reported as shot. Birds recovered as immatures differed from birds recovered as adults in their temporal and spatial distribution. Immatures were more exposed to hunting because they arrived at the hunting areas earlier in the autumn and formed a higher proportion of the population in hunting areas farthest away from Svalbard. The recovery rate of birds ringed in Svalbard as chicks was comparable to the recovery rate reported from Canada. Interestingly, no Svalbard birds have ever been recovered in the southern part of the Barents Sea or along the Norwegian coast, suggesting that these areas are not important to the Svalbard population. The distribution of winter recoveries of birds ringed in Svalbard was compared to the winter recovery areas of Brünnich's guillemots ringed elsewhere in the North Atlantic. Only birds ringed in Svalbard have been recovered in Iceland in winter.

On a cartographié les aires d'hivernage des guillemots de Brünnich (marmettes de Brünnich) bagués au Svalbard de 1954 à 1998, et estimé leurs taux de recapture. Des recaptures ont été signalées en Islande, au Groenland et à Terre-Neuve. Durant la chasse intensive qui a lieu chaque année au large du Groenland et de Terre-Neuve, 95 % des oiseaux recapturés auraient été abattus au fusil. Les oiseaux recapturés en tant qu'immatures différaient dans leur distribution temporelle et spatiale de ceux recapturés en tant qu'adultes. Les immatures étaient plus exposés à la chasse parce qu'ils arrivaient dans les zones de chasse plus tôt à l'automne et qu'ils formaient une plus grande proportion de la population dans les zones de chasse les plus éloignées du Svalbard. Le taux de recapture des oiseaux bagués au Svalbard en tant qu'oisillons se comparait à celui rapporté pour le Canada. Fait intéressant, aucun oiseau du Svalbard n'a jamais été recapturé dans la partie méridionale de la mer de Barents ou le long de la côte norvégienne, ce qui laisse à penser que ces régions ne sont pas importantes pour la population du Svalbard. On a comparé la distribution des oiseaux recapturés en hiver et qui avaient été bagués au Svalbard aux aires de recapture hivernale des guillemots de Brünnich bagués ailleurs dans l'Atlantique Nord. Seuls des oiseaux bagués au Svalbard ont été recapturés en Islande en hiver.


Potential alteration by climate change of the forest-fire regime in the boreal forest of central Yukon Territory   /   McCoy, V.M.   Burn, C.R.
Arctic, v. 58, no. 3, Sept. 2005, p. 276-285, ill., maps
ASTIS record 57376
PDF

Statistical relations were obtained to describe the association between forest fires and climate for the Dawson and Mayo fire management districts, central Yukon Territory. Annual fire incidence, area burned, and seasonal fire severity rating were compared with summer observations of mean temperature, total precipitation, mean relative humidity, and mean wind speed. The relations were obtained by multiple regression and combined with regional scenarios of future climate from general circulation models. The strongest statistical associations for fire occurrence and area burned were with temperature and precipitation at Dawson. Depending on the scenario, the statistics suggest that the average annual fire occurrence and area burned may as much as double by 2069, but there may still be years with few fires. The maximum number of fires may increase by two-thirds over present levels, and the maximum area burned per summer may increase to more than three times the present value. Without incorporating changes in climate variability into the scenarios, the year-to-year variability in number of fires is not projected to increase, but the range in area burned per summer may rise by about 15%.

On a calculé des rapports statistiques afin de décrire l'association qui existe entre les feux de forêt et le climat pour les districts de prévention des incendies de Dawson et de Mayo, dans le centre du Yukon. On a comparé la fréquence annuelle des feux, la surface brûlée et l'indice saisonnier de gravité d'incendie avec les observations estivales de la température moyenne, de la précipitation totale, de l'humidité relative moyenne et de la vitesse moyenne du vent. Les rapports ont été établis par régression multiple et combinés à des scénarios du futur climat dans la région, scénarios tirés de modèles de circulation généraux. Les associations statistiques dominantes relatives à la fréquence des feux et à la zone brûlée concernaient la température et la précipitation à Dawson. Selon le scénario, les statistiques suggèrent que la fréquence des incendies et la surface brûlée annuelles moyennes pourraient aller jusqu'à doubler d'ici 2069, mais qu'il pourrait toujours y avoir des années où il se produirait peu de feux de forêt. Le nombre maximal de feux pourrait augmenter des deux tiers par rapport aux niveaux actuels, et la superficie maximale brûlée en un été pourrait plus que tripler par rapport à maintenant. Si l'on n'intègre pas aux scénarios des changements dans la variabilité climatique, on ne prévoit pas d'augmentation dans la variabilité annuelle du nombre d'incendies, mais l'étendue de la superficie brûlée en un été pourrait s'accroître d'environ 15 %.


Wind-conditioned 20th century decline of birch treeline vegetation in the Swedish Scandes   /   Kullman, L.
Arctic, v. 58, no. 3, Sept. 2005, p. 286-294, ill., maps
ASTIS record 57377
PDF

The study focused on a frequent, although not dominant, mode of treeline change in the Swedish Scandes over the past century. Monitoring of stand density decline in a wind-exposed subalpine birch (Betula pubescens ssp. tortuosa) population was carried out over the past 30 years. The overall result included substantial and unbalanced individual mortality and a drastic reduction in stature of surviving birches. Radiocarbon dating of in situ subfossil birch-tree remains in an adjoining but windier site revealed complete stand demise over the past century or so. It is inferred that the extant and extinct birch populations represent different phases in an unbroken process of stand-level demise, hypothetically initiated in response to reindeer disturbance during the final phase of the Little Ice Age. This process was subsequently communicated more or less autogenically in a leeward direction as a consequence of the exposed and drought-prone nature of the site. Increasing westerly wind circulation and decreasing soil moisture (earlier snowmelt) during the past century may have contributed in this respect, although these aspects require further study. Within strongly wind-exposed terrain, a century of substantial warming has not sufficed to offset the birch decline. The results highlight the conclusion that under certain circumstances, wind and associated ecological and physiological effects are the overriding determinants of treeline position and structure. These are fundamental insights for generating realistic landscape-scale models of treeline change in a hypothetically warmer future.

Cette étude porte sur un mode fréquent, bien que non dominant, de changement de la limite des arbres dans les Scandes suédoises au cours du siècle précédent. Durant les 30 dernières années, on a suivi le déclin dans la densité d'un peuplement de bouleaux pubescents subalpins (Betula pubescens ssp. tortuosa) qui étaient exposés au vent. Le résultat global comprenait une importante mortalité individuelle non compensée ainsi qu'une baisse radicale dans la taille des bouleaux survivants. La datation au radiocarbone de restes subfossiles de bouleaux trouvés in situ dans un lieu voisin mais plus venteux a révélé qu'un peuplement s'était complètement effondré au cours du siècle dernier ou à peu près. On en déduit que les peuplements de bouleaux existants et disparus représentent différentes phases d'un processus ininterrompu d'effondrement du niveau de peuplement, qui aurait son origine dans la perturbation causée par le renne durant l'ultime phase du petit âge glaciaire. Ce processus s'est ensuite poursuivi de façon plus ou moins autogène dans la direction du vent en raison de la nature du site qui était exposé au vent et à la sécheresse. Un accroissement de la circulation du vent d'ouest et une diminution de l'humidité du sol (fonte des neiges précoce) au cours du siècle dernier pourraient avoir été des facteurs contributifs, bien que cela demande une étude plus approfondie. Sur un terrain très exposé au vent, un siècle de réchauffement important n'a pas été suffisant pour neutraliser le déclin du bouleau. Les résultats soulignent la conclusion à savoir que, dans certaines circonstances, le vent et les effets écologiques et physiologiques connexes sont les facteurs primordiaux qui déterminent la position et la structure de la limite des arbres. Ce sont là des connaissances fondamentales pour la création de modèles du changement de la limite des arbres, modèles réalistes à l'échelle du paysage, dans un avenir en réchauffement.


Effects of a diamond mine on tundra-breeding birds   /   Smith, A.C.   Virgl, J.A.   Panayi, D.   Armstrong, A.R.
Arctic, v. 58, no. 3, Sept. 2005, p. 295-304, ill., maps
ASTIS record 57378
PDF

Breeding birds (songbirds, shorebirds, and ptarmigan) were surveyed at the Ekati Diamond Mine in Canada's Northwest Territories from 1996 through 2003. Surveys were conducted on permanent, 25 ha mine and control plots. Five metrics (relative density of individual species, relative density of all birds, species richness using rarefaction curves, and species diversity using two indices) were used to assess potential impacts up to a distance of 1 km from the mine. Six species were more common on mine plots, and three were more common on control plots. Species diversity was slightly higher on mine plots when measured with Fisher's alpha index. No other metrics suggested strong impacts. This study suggests that the mine has had a relatively limited impact on the upland breeding bird community within 1 km of the footprint but has provided habitat for at least one synanthropic bird species. Further monitoring of breeding birds on the tundra should include pre-development control data and demographic variables such as reproductive success and survival.

De 1996 à 2003, on a étudié les oiseaux nicheurs (oiseaux chanteurs, oiseaux de rivage et lagopède) à la mine de diamants Ekati située dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada. L'étude a été effectuée sur des parcelles permanentes de 25 ha, situées sur la mine et sur des sites témoins. On a utilisé 5 paramètres de mesure (densité relative de chaque espèce, densité relative de tous les oiseaux, richesse spécifique utilisant les courbes de raréfaction, et diversité spécifique utilisant deux indices) afin d'évaluer les retombées potentielles jusqu'à une distance de 1 km de la mine. Six espèces se retrouvaient plus communément sur les parcelles de la mine, et trois, sur les parcelles témoins. La diversité spécifique était légèrement plus grande sur les parcelles de la mine quand on les mesurait avec l'index alpha de Fisher. Aucun autre paramètre ne laissait croire qu'il y avait des retombées significatives. Cette étude suggère que la mine a eu un effet relativement limité sur la communauté terrestre des oiseaux nicheurs jusqu'à 1 km de son empreinte, mais qu'elle a fourni un habitat à au moins une espèce d'oiseau synanthrope. Des études ultérieures portant sur les oiseaux nicheurs dans la toundra devraient inclure des données de contrôle préalables à la mise en valeur et des variables démographiques telles que le succès de la reproduction et la survie.


Decline and recovery of a High Arctic wolf-prey system   /   Mech, L.D.
Arctic, v. 58, no. 3, Sept. 2005, p. 305-307
PCSP/PPCP contribution, no. 030-04
ASTIS record 57379
PDF

A long-existing system of wolves (Canis lupus), muskoxen (Ovibos moschatus), and arctic hares (Lepus arcticus) in a 2600 km² area of Canada's High Arctic (80° N latitude) began collapsing in 1997 because of unusual adverse summer weather but recovered to a level at which all three species were reproducing by 2004. Recovery of wolf presence and reproduction appeared to be more dependent on muskox increase than on hare increase.

Un vieux système biologique composé de loups (Canis lupus), de bœufs musqués (Ovibos moschatus) et de lièvres arctiques (Lepus arcticus), occupant 2600 km² de l'Extrême-Arctique canadien (80° de latit. N.), a commencé à s'effondrer en 1997 en raison d'intempéries estivales anormales, mais il s'est rétabli à un niveau qui permettait aux trois espèces de se reproduire en 2004. Le rétablissement de la présence et de la reproduction du loup semble plus dépendre de l'augmentation du bœuf musqué que de celle du lièvre.


Social impact assessment along Russia's Northern Sea Route : petroleum transport and the Arctic Operational Platform (ARCOP)   /   Meschtyb, N.A.   Forbes, B.C.   Kankaanpää, P.
Arctic, v. 58, no. 3, Sept. 2005, p. 322-327, ill.
ASTIS record 57380
PDF

The oil and gas resources of Russia's Arctic regions comprise the largest energy reserve outside the OPEC countries. The Arctic Operational Platform (ARCOP, 2003-05) is a research and development project supported by the European Union's “Competitive and Sustainable Growth” programme. The ARCOP project has 21 participating organizations, from five EU member states (Finland, Germany, the Netherlands, Great Britain, and Italy) and from Norway and Russia. The ARCOP workshops have served as an industrial, scientific, and political forum throughout the project. Participants in the workshops discuss issues such as an integrated marine transport system, the economics of transport, the supporting infrastructure with regard to ice information, the legal status of the Northern Sea Route (NSR) in relation to petroleum transportation and shipping transport services, environmental impacts, and oil spill countermeasures. The social impact assessment (SIA) component of the workshops has focused on issues of environment and technology in relation to human populations along the Northern Sea Route. Its main task, implemented by the Arctic Centre, University of Lapland, has been to carry out overview studies to assess the potential socio-cultural impacts of shipping along the NSR on indigenous peoples and small Arctic communities, with the purpose of highlighting the needs and priorities to be considered from a local perspective.


© Arctic Institute of North America. Records from this database may be used freely for research and educational purposes, but may not be used to create databases or publications for distribution outside your own organization without prior permission from ASTIS.