AINA Logo
Publications

 


Belugas and narwhals : application of new technology to whale science in the Arctic   /   Reeves, R.R.   St. Aubin, D.J.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. iii-vi
ASTIS record 48257
PDF

... In the course of the research reported in this issue, there have been few observations of tagged whales after release, and this may be unavoidable, given the remoteness, harshness, and darkness of Arctic field conditions. However, on those occasions when there has been follow-up, the results have been informative and useful. For example, observations of scarred tissue on the backs of previously tagged white whales appeared to confirm the supposition that tagging has no lingering effect on animal health or behaviour .... Changes in blood constituents of animals recaptured within a few weeks after tagging ... are about what one would expect, given that some tissue damage and stress are inevitably associated with capture and tagging procedures. ... The ten studies published in this special issue are pieces of a much larger puzzle. Stock- and even site-specific studies have been typical for beluga research, largely because of management concerns. Findings, therefore, are often reported in what seems like a fragmentary manner, and this is reflected in the somewhat miscellaneous nature of the present compilation as well. Eventually, we expect a unified picture to emerge for both the beluga and the narwhal. Until it does, this collection of papers should be seen as one more in a series of benchmarks, each of which helps to elucidate what is known about the whales, the tools available for studying them, and questions that remain to be addressed. ...


Summer and autumn movements and habitat use by belugas in the Canadian High Arctic and adjacent areas   /   Richard, P.R.   Heide-Jørgensen, M.P.   Orr, J.R.   Dietz, R.   Smith, T.G.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. 207-222, maps
ASTIS record 48258
PDF

Twenty-one adult belugas (8M, 13F) were live-captured and instrumented with satellite-linked transmitters in the summer and fall of 1996. Twelve were captured in estuaries along the coast of Somerset Island in July and nine were captured in September in Croker Bay, SE Devon Island. This paper reports on the summer and autumn movements and dive depths of these animals from late July 1996 until the last tags ceased transmitting in November 1996. Of the 12 captured in July, 11 provided data for 30-126 days (mean = 84 days). Most of the animals moved rapidly to southern Peel Sound, where they all spent the month of August, making frequent deep dives, some of which were to depths near or at the seabed of the Franklin Trench. The belugas also used several bays along the coast of Prince of Wales Island and another one on Melville Peninsula. They left southern Peel Sound between late August and early September and moved rapidly to the south coast of Devon Island, many using Maxwell Bay and Croker Bay for several days. All belugas instrumented in Croker Bay in September, as well as the summer-tagged individuals that were still transmitting, moved east and north along the south and east coasts of Devon Island, eventually reaching Jones Sound and north Baffin Bay. They used many bays along the east coast of Devon Island and dove to depths often exceeding 200 m in the surrounding waters. Fifteen of the tags continued to transmit during the period when belugas are normally observed migrating along the West Greenland coast (late September-early October). Only one of the tagged animals moved to Greenland waters in late September. The others remained in the area known in winter as the North Water. The autumn tracking results suggest that the North Water may harbour a larger winter population of belugas than was previously suspected.

Durant l'été et l'automne de 1996, on a capturé 21 bélugas adultes (8 mâles, 13 femelles), qu'on a équipés d'émetteurs-satellite. Douze d'entre eux ont été capturés en juillet dans des estuaires de l'île Somerset et neuf autres l'ont été en septembre dans la baie Croker du sud-est de l'île Devon. Cet article fait état des déplacements et profondeurs de plongée de ces animaux en été et en automne, de la fin juillet 1996 jusqu'à ce que les émetteurs cessent de transmettre, en novembre 1996. Sur 12 individus capturés en juillet, 11 ont transmis des données pendant 30 à 126 jours (moy. = 84 jours). La plupart des animaux se sont déplacés rapidement vers le sud du détroit de Peel où ils ont tous passé le mois d'août, plongeant fréquemment à de grandes profondeurs dont certaines atteignaient ou presque le fond marin de la fosse Franklin. Les bélugas ont aussi utilisé plusieurs baies le long de la côte de l'île Prince of Wales et une autre dans la péninsule Melville. Ils ont quitté le sud du détroit de Peel entre fin août et début septembre et se sont déplacés rapidement vers la côte sud de l'île Devon. Plusieurs d'entre eux ont passé quelques jours dans les baies Maxwell et Croker. Tous les bélugas équipés d'instruments dans la baie Croker en septembre, ainsi que ceux relâchés en été et qui continuaient à transmettre, se sont déplacés vers l'est et le nord en suivant les côtes sud et est de l'île Devon, finissant par atteindre le détroit de Jones et le nord de la baie de Baffin. Ils ont occupé de nombreuses baies sur la côte est de l'île Devon et effectué des plongées atteignant souvent plus de 200 m dans les eaux avoisinantes. Quinze des émetteurs ont continué à transmettre durant la période où on observe normalement des bélugas en migration au large de la côte du Groenland occidental (fin septembre - début octobre). Un seul des animaux portant un émetteur a pénétré dans les eaux groenlandaises à la fin septembre. Les autres sont restés dans une zone connue en hiver sous le nom de "North Water" (Eau du Nord). Ces résultats suggèrent qu'en hiver le "North Water" abrite une population de bélugas plus abondante qu'on ne le pensait antérieurement.


Summer and autumn movements of belugas of the eastern Beaufort Sea stock   /   Richard, P.R.   Martin, A.R.   Orr, J.R.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. 223-236, ill., maps
ASTIS record 48259
PDF

Beluga whales of the eastern Beaufort Sea stock were tagged with satellite-linked time-depth recorders and tracked during summer and autumn in 1993, 1995, and 1997. Whales occupied the Mackenzie estuary intermittently and for only a few days at a time. They spent much of their time offshore, near or beyond the shelf break and in the polar pack ice of the estuary, or in Amundsen Gulf, M'Clure Strait, and Viscount Melville Sound. The movements of tagged belugas into the polar pack and into passages of the Canadian Arctic Archipelago suggest that aerial surveys conducted in the southeastern Beaufort Sea and Amundsen Gulf may have substantially underestimated the size of the eastern Beaufort Sea stock. Ranges of male and female belugas were somewhat segregated in two of the three years of study. In late July of 1993 and 1995, most males were located in Viscount Melville Sound, while females were primarily in Amundsen Gulf. Movement patterns of males tagged in late July in 1997 were different from those of males tagged in early July in 1993 and 1995. In September, belugas migrated westward along the continental shelf and farther offshore in the Alaskan Beaufort Sea. The tracks from 1997 show that the western Chukchi Sea is an autumn migratory destination and that at least some belugas continued their migration south towards the Bering Strait in November. Some conclusions from this study about beluga ecology challenge conventional wisdom, in that estuarine occupation appears to be short-lived, belugas travel long distances in summer to areas hundreds of kilometres from the Mackenzie Delta, and they do not avoid dense pack ice in summer and autumn.

Durant l'été et l'automne 1993, 1995 et 1997, on a effectué des suivis télémétriques par satellite de bélugas du stock de la mer de Beaufort orientale. Ces cétacés ont occupé l'estuaire du fleuve Mackenzie de façon intermittente, n'y restant que quelques jours à chaque fois. Ils ont passé la plupart de leur temps au large de l'estuaire, près de la pente continentale et plus au large dans la banquise polaire, ainsi que dans le golfe d'Amundsen et dans les détroits de M'Clure et du Vicomte de Melville. Leurs déplacements dans la banquise polaire et dans les passages de l'archipel Arctique laissent supposer que les inventaires aériens réalisés dans le sud-est de la mer de Beaufort et le golfe d'Amundsen auraient sous-estimé considérablement la taille du stock de la mer de Beaufort. On a observé une certaine ségrégation dans la répartition des mâles et des femelles dans deux des trois années de l'étude. À la fin de juillet 1993 et 1995, la plupart des mâles se trouvaient dans le détroit du Vicomte de Melville alors que les femelles étaient principalement dans le golfe d'Amundsen. Les déplacements des mâles équipés fin juillet 1997 différaient de ceux des mâles équipés début juillet 1993 et 1995. En septembre, ces animaux ont effectué leur migration vers l'ouest soit en suivant le plateau continental soit plus au large dans la mer de Beaufort alaskienne. Les suivis de 1997 ont démontré que l'ouest de la mer des Tchouktches est une destination migratoire automnale et qu'en novembre au moins quelques-uns des bélugas continuaient leur migration cap sud vers le détroit de Béring. Certaines conclusions tirées de cette étude mettent en doute les idées reçues concernant l'écologie du béluga. Le temps d'occupation de l'estuaire semble plus court que ce que l'on pensait et les bélugas effectuent de longs déplacements en été, atteignant des zones situées à plusieurs centaines de kilomètres du delta du Mackenzie. De plus, les bélugas n'évitent pas la banquise de glace dense en été ou en automne.


Satellite tracking of eastern Chukchi Sea beluga whales into the Arctic Ocean   /   Suydam, R.S.   Lowry, L.F.   Frost, K.J.   O'Corry-Crowe, G.M.   Pikok, D.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. 237-243, ill., maps
ASTIS record 48260
PDF

Beluga whales (Delphinapterus leucas) congregate in nearshore waters of the eastern Chukchi Sea, especially in Kotzebue Sound and Kasegaluk Lagoon, in June and July. Where they travel after they leave this area was unknown before this study. We live-captured five belugas in Kasegaluk Lagoon and attached satellite-linked depth recorders to them. The belugas, caught between 26 June and 1 July 1998, were all males, ranging in length from 398 to 440 cm. A 310 cm gray beluga accompanied the smallest male. Two tags transmitted for only about two weeks, during which time one animal remained in the vicinity of Icy Cape, 80 km north of the capture site, and the other traveled to Point Barrow, about 300 km north. The other three tags operated for 60-104 days, and those belugas traveled more than 2000 km, reaching 80° N and 133° W, almost 1100 km north of the Alaska coast. This journey required them to move through 700 km of more than 90% ice cover. Two of the whales then moved southward into the Beaufort Sea north and east of Point Barrow. Two whales later moved to an area north of the Mackenzie River delta, where they spent 2-3 weeks before once again heading southwest towards Barrow.

En juin et juillet, des bélougas (Delphinapterus leucas) se rassemblent dans les eaux littorales de l'est de la mer des Tchouktches, en particulier dans le détroit de Kotzebue et la lagune de Kasegaluk. Avant la présente étude, on ne savait pas où ils allaient après avoir quitté la région. Dans la lagune de Kasegaluk, on a capturé vivants cinq bélougas qu'on a équipés de sondeurs acoustiques en liaison avec un satellite. Les bélougas, capturés entre le 26 juin et le 1er juillet 1998, étaient tous de mâles, et mesuraient de 398 à 440 cm de long. Un bélouga gris de 310 cm accompagnait le plus petit mâle. Deux sondes n'ont retransmis que durant deux semaines, au cours desquelles un individu est resté aux environs du cap Icy, à 80 km au nord du site de capture, tandis que l'autre s'est rendu à la pointe Barrow, à environ 300 km au nord. Les trois autres sondes ont fonctionné de 60 à 104 jours, période durant laquelle les bélougas ont parcouru plus de 2000 km, atteignant un point situé à 80° de lat. N. et 133° de long. O., à environ 1100 km au nord de la côte alaskienne. Ce voyage exigeait d'eux qu'ils franchissent 700 km d'eau couverte de glace à plus de 90 p. cent. Deux des baleines ont ensuite viré vers le sud pour pénétrer dans la mer de Beaufort au nord et à l'est de la pointe Barrow. Deux baleines se sont ensuite rendues dans une zone située au nord du delta du Mackenzie, où elles ont passé de 2 à 3 semaines avant de mettre à nouveau le cap sur le sud-ouest, en direction de Barrow.


Summer and fall movements of narwhals (Monodon monoceros) from northeastern Baffin Island towards northern Davis Strait   /   Dietz, R.   Heide-Jørgensen, M.P.   Richard, P.R.   Acquarone, M.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. 244-261, ill., maps (2 col.)
ASTIS record 48261
PDF

Ten narwhals (Monodon monoceros) were instrumented with satellite-linked radio transmitters in Tremblay Sound in August 1997 (N = 5) and August 1998 (N = 5). All whales stayed in the waters around Bylot Island until the end of September. On the basis of these animals and others tagged previously (total N = 24), it is believed that the Bylot Island summering population has limited or no contact with other summering populations in Canada or Greenland. Four whales were monitored during their southward movement along the east coast of Baffin Island. Three of them travelled close to the shore, visiting several fjords and bays, during September and October. The fourth whale started the southward migration at the same time as the other three, but it returned to the area east of Pond Inlet and made two trips northeast of Bylot Island. It headed south on 21 October 1998. South of Royal Society Fiord, it travelled offshore along the continental slope (1000 to 1500 m), probably because of ice formation in inshore areas. This narwhal and another male tagged in 1997 moved east toward the northern parts of the Davis Strait, reaching an area midway between Canada and Greenland in early November. Their winter movements were monitored until 30 January. The same wintering area in northern Davis Strait was previously documented for two male narwhals tracked from Melville Bay, NW Greenland, in 1993 and 1994. The whales showed a preference for deep areas, including deep fjords and the continental slope, where depths ranged between 500 and 1500 m. Even deeper areas, where maximum daily dives exceeded 1000 m, were also visited occasionally.

On a équipé 10 narvals (Monodon monoceros) d'émetteurs radioélectriques en liaison avec un satellite dans le détroit de Tremblay en août 1997 (N = 5) et en août 1998 (N = 5). Toutes les baleines sont restées dans les eaux entourant l'île Bylot jusqu'à fin septembre. En considérant ces animaux et d'autres équipés précédemment (N total = 24), on pense que la population estivale de l'île Bylot n'a que peu, sinon pas de contact avec d'autres populations estivales du Canada ou du Groenland. Quatre baleines ont fait l'objet d'un suivi au cours de leur déplacement vers le sud le long de la côte est de l'île de Baffin. Durant les mois de septembre et d'octobre, trois d'entre elles longeaient la côte de près, effectuant des pauses dans divers fjords et baies. La quatrième a commencé sa migration vers le sud en même temps que les trois autres, mais elle est retournée dans la zone à l'est de Pond Inlet et s'est rendue par deux fois au nord-est de l'île Bylot. Elle a mis le cap vers le sud le 21 octobre 1998. Au sud du fjord Royal Society, elle s'est dirigée vers le large et a longé la pente continentale (à environ 1000 à 1500 m du rivage), probablement en raison de la formation de glace dans la zone côtière. Ce narval ainsi qu'un autre mâle équipé en 1997 se déplaçaient en direction de l'est vers la partie nord du détroit de Davis, atteignant début novembre une zone située à mi-chemin entre le Canada et le Groenland. En hiver, leurs déplacements ont été suivis jusqu'au 30 janvier. La même zone d'hivernage dans le nord du détroit de Davis a déjà été rapportée pour deux narvals mâles suivis en 1993 et 1994 depuis la baie Melville, au N.-O. du Groenland. Les baleines affichaient une préférence pour des zones profondes, y compris des fjords encaissés et la pente continentale, où la profondeur allait de 500 à 1500 m. De temps à autre, les baleines se rendaient aussi dans des zones encore plus profondes, où les plongées maximales quotidiennes dépassaient les 1000 m.


Movements and dive behaviour of belugas in northern Quebec   /   Kingsley, M.C.S.   Gosselin, S.   Sleno, G.A.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. 262-275, ill., maps
ASTIS record 48262
PDF

Three adult and three juvenile belugas were fitted with satellite-linked radio tags in eastern Hudson Bay in mid-August 1993, and one adult was tagged in mid-October 1995 in extreme northeastern Hudson Bay. The tags transmitted data on dive behaviour, and the receiving satellite calculated positions by Doppler-shift triangulation. The belugas tagged in summer in eastern Hudson Bay made no directed or long-distance movements while the tags were attached. Their range did not include the Belcher Islands, and belugas observed in aerial surveys of those islands do not appear to belong to the eastern coastal stock. The single beluga tagged in northern Quebec in October moved into the deep water of western Hudson Strait and travelled east along the southern coast of Hudson Strait, slowing up on reaching shallower water off Salluit and near Charles Island. This whale was still off Salluit when the tag stopped transmitting. All the tagged belugas dived intensively while the tags were attached, although there were individual differences, some belugas diving noticeably less than others. Dive behaviour varied over time, with periods lasting several days of concentrated diving interspersed with periods of less intense diving. 'Intense' periods entailed diving for up to 80% of the time. All belugas, even the one that was in deep water in Hudson Strait, showed dive depth characteristics that were consistent with diving usually to the bottom. However, all belugas always - even in deep water - made dives that usually lasted less than 10 min and very seldom lasted more than 12 min. Belugas tagged as pairs of adults and young showed striking correlations of dive behaviour. The data obtained indicate that it would be appropriate to correct aerial surveys by adding 85% to aerial counts.

Mi-août 1993, on a équipé trois bélougas adultes et trois bélougas juvéniles de radio-émetteurs en liaison avec un satellite dans l'est de la baie d'Hudson et mi-octobre 1995 on a équipé un adulte aux confins nord-est de la baie d'Hudson. Les émetteurs ont transmis des données sur le comportement en plongée, et le satellite récepteur a calculé les positions par triangulation de décalage Doppler. Les bélougas équipés en été dans l'est de la baie d'Hudson ne se sont pas déplacés vers un endroit particulier ou sur une longue distance pendant que les émetteurs étaient fixés. Leur territoire ne comprenait pas les îles Belcher, et les bélougas observés lors de survols aériens effectués sur ces îles ne semblent pas appartenir au stock côtier oriental. Le seul bélouga équipé en octobre dans le nord du Québec s'est rendu dans les eaux profondes du détroit d'Hudson occidental dont il a longé la côte méridionale vers l'est, ralentissant au niveau des eaux moins profondes au large de Salluit et près de l'île Charles. Cette baleine était toujours au large de Salluit quand l'émetteur a cessé de fonctionner. Tous les bélougas équipés ont plongé de façon intensive pendant que les émetteurs étaient fixés, bien qu'on ait noté des différences individuelles, certains bélougas plongeant visiblement moins que d'autres. Le comportement en plongée variait avec le temps, des périodes de plongée intense sur plusieurs jours étant séparées par des périodes de plongée moins intense. "Intense" signifie que les bélougas plongeaient jusqu'à 80 p. cent du temps. Tous les individus, même celui qui se trouvait dans l'eau profonde du détroit d'Hudson, montraient des caractéristiques de profondeur de plongée typiques de plongées atteignant généralement le fond. Toutefois, tous les bélougas - même en eau profonde - effectuaient toujours des plongées durant généralement moins de 10 mn et dans de très rares cas plus de 12 mn. Les bélougas équipés en tant que paires adulte-jeune montraient des corrélations frappantes de comportement de plongée. Les données recueillies indiquent qu'il conviendrait de corriger les relevés aériens en ajoutant 85 p. cent aux dénombrements aériens.


Dive behaviour of belugas (Delphinapterus leucas) in the shallow waters of western Hudson Bay   /   Martin, A.R.   Hall, P.   Richard, P.R.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. 276-283, ill., maps
ASTIS record 48263
PDF

Beluga diving was studied in western Hudson Bay, where the preferred habitat of this whale in summer is shallow coastal waters. No relationship was found between the duration of a dive and the surface interval either preceding or following it. During rare periods of intense diving, 77% of an average dive cycle was spent below the water surface. Only in waters deeper than 25 m did any whale spend more than half its time below the surface zone; in rivers, less than 15% of the time was spent at depths of 4 m or more. The frequency of long dives increased with water depth. Maximum dive duration was 15.6 min. Dives to depths of 25 m or less were of variable duration and time-depth profile; most dives exceeding 50 m had a square profile and reached the seabed. The easterly migration in early September took the whales into water deeper than 100 m for the first time in several months, and they dived frequently to the bottom during this period. No clear difference in dive capability was found between western Hudson Bay belugas and those that inhabit deeper waters farther north. The preference of this population for shallow water in summer is not dictated by an inability to dive to greater depths; belugas can utilize benthic resources throughout Hudson Bay.

On a étudié le bélouga en plongée dans l'ouest de la baie d'Hudson, où les eaux littorales peu profondes constituent l'habitat estival préféré de cette baleine. On n'a trouvé aucun lien entre la durée de la plongée et l'intervalle passé en surface qui la précède ou la suit. Durant les rares périodes de plongée intense, 77 p. cent d'un cycle moyen de plongée se déroulait sous la surface de l'eau. C'est seulement dans les eaux dont la profondeur était supérieure à 25 m que les baleines passaient plus de la moitié du temps sous la zone en surface; dans les cours d'eau, moins de 15 p. cent du temps se passait à des profondeurs de 4 m ou plus. La fréquence des longues plongées augmentait avec la profondeur de l'eau. La durée maximale de la plongée était de 15,6 mn. Les plongées à des profondeurs de moins de 25 m avaient une durée et un profil durée-profondeur variables; la plupart des plongées dépassant les 50 m avaient un profil carré et atteignaient le fond marin. Au début septembre, la migration vers l'est amenait les baleines dans des eaux dont la profondeur excédait 100 m pour la première fois depuis plusieurs mois et, durant cette période, elles plongeaient souvent en atteignant le fond. On n'a pas trouvé de différence nette dans la capacité à plonger entre les bélougas de l'ouest de la baie d'Hudson et ceux qui habitent les eaux plus profondes plus au nord. Ce n'est pas une incapacité à plonger à de plus grandes profondeurs qui dicte la préférence estivale de cette population de bélougas pour l'eau peu profonde; ils peuvent utiliser les ressources benthiques dans l'ensemble de la baie d'Hudson.


Surfacing times and dive rates for narwhals (Monodon monoceros) and belugas (Delphinapterus leucas)   /   Heide-Jørgensen, M.P.   Hammeken, N.   Dietz, R.   Orr, J.   Richard, P.R.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. 284-298, ill., maps
ASTIS record 48264
PDF

Time spent at and near the sea surface was measured for 25 narwhals, Monodon monoceros, and 39 belugas or white whales, Delphinapterus leucas, in West Greenland and Canada from 1993 through 1999, using satellite-linked data recorders. Narwhals spent less time at the surface than belugas did, and the surfacing time of belugas also varied between localities. No clear differences in surfacing time were associated with the time of day, but belugas tended to make more dives during the night than during the day. Despite large variability in surfacing behaviour among individual whales, time spent at the surface by both species declined from August through November. The few data collected from narwhals from November to February indicate that surfacing times remained low during this period although more than 25% of each 6 h period was spent at the surface. Whales made between 2 and 20 dives per hour, and narwhals made significantly fewer dives than did belugas, for which number of dives varied with locality. The number of dives deeper than 8 m declined substantially during the autumn for belugas and narwhals that were moving offshore. When travelling, the whales apparently made fewer dives than at other times.

De 1993 à fin 1999, on a mesuré le temps passé à la surface de la mer ou près de celle-ci par 25 narvals, Monodon monoceros, et 39 bélougas ou baleines blanches, Delphinapterus leucas, dans le Groenland occidental et au Canada, en recourant à des enregistreurs de données en liaison avec un satellite. Les narvals passaient moins de temps que les bélougas à la surface, et le temps passé par ces derniers en surface variait d'un endroit à un autre. Aucune différence marquée dans le temps de surface n'a été associé avec le moment de la journée, mais les bélougas avaient tendance à faire plus de plongées la nuit que le jour. Malgré une grande variabilité dans le comportement de surface parmi les baleines prises individuellement, le temps passé en surface par les deux espèces a diminué d'août à fin novembre. Les quelques données provenant des narvals de novembre à février indiquent que, durant cette période, les durées à la surface sont restées brèves, même si plus de 25 p. cent de chaque période de 6 h se passait en surface. Les baleines effectuaient de 2 à 20 plongées par heure, et les narvals effectuaient un nombre de plongées bien moindre que celui des bélougas, pour lesquels le nombre de plongées variait selon l'endroit. Au cours de l'automne, le nombre de plongées effectuées à plus de 8 m de profondeur diminuait sensiblement pour les bélougas et les narvals qui se déplaçaient au large. Il semble que, lorsqu'elles se déplaçaient, les baleines effectuaient moins de plongées qu'à d'autres moments.


Capturing and handling of white whales (Delphinapterus leucas) in the Canadian Arctic for instrumentation and release   /   Orr, J.R.   Joe, R.   Evic, D.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. 299-304, ill.
ASTIS record 48265
PDF

For many decades, humans have captured white whales (Delphinapterus leucas) for food, research, and public display, using a variety of techniques. The recent use of satellite-linked telemetry and pectoral flipper band tags to determine the movements and diving behaviour of these animals has required the live capture of a considerable number of belugas. Three principal techniques have been developed; their use depends on the clarity and depth of the water, tidal action, and bottom topography in the capture area. When the water is clear enough so that the whales can be seen swimming under the water and herded into shallow sandy areas, a hoop net is placed over the whale's head from an inflatable boat. When the water is murky and the belugas cannot easily be seen under the water, but can be herded into relatively shallow sandy areas, a seine net is deployed from a fast-moving boat to encircle them. If the whales are in deep water and cannot be herded into shallow water, a stationary net is set from shore to entangle them. Once captured, the whales have to be restrained in a way that allows them to breathe easily, have the tags attached, and be released as quickly as possible. The methods have proved to be safe, judging from the whales' rapid return to apparently normal behavioural patterns.

Durant de nombreuses décennies, l'homme s'est livré à la capture des baleines blanches (Delphinapterus leucas) à l'aide de diverses techniques, dans le but de se nourrir, de faire de la recherche et d'exposer publiquement ces animaux. L'utilisation récente de la télémesure en liaison avec un satellite et des rubans-sondes fixés sur les nageoires pectorales pour déterminer les déplacements et le comportement en plongée de ces animaux a nécessité la capture vivante d'un grand nombre de bélougas. On a recouru à trois techniques principales, dont l'utilisation dépend de la clarté et de la profondeur de l'eau, de l'action des marées et de la topographie du fond dans la zone de capture. Quand l'eau est assez claire pour qu'on voie les baleines nager sous la surface et qu'on puisse les rabattre dans des zones sableuses peu profondes, on place un verveux sur la tête de la baleine depuis un canot pneumatique. Quand l'eau est trouble et qu'on ne distingue pas bien les bélougas sous la surface tout en pouvant les rabattre vers des zones sableuses de profondeur relativement faible, on déploie une senne depuis un bateau qui se déplace à grande vitesse pour les encercler. Si les baleines sont en eau profonde et qu'on ne peut les rabattre dans de l'eau peu profonde, on installe un filet fixe depuis le rivage pour qu'elles s'y prennent. Une fois capturées, les baleines doivent être maîtrisées de telle façon que leur respiration n'est pas entravée; il faut ensuite fixer les sondes sur les animaux, qu'on doit relâcher le plus rapidement possible. Si l'on en juge par le retour rapide des baleines à des schémas de comportement normal, ces méthodes se révèlent sécuritaires.


Examination of beluga-habitat relationships through the use of telemetry and a geographic information system   /   Barber, D.G.   Saczuk, E.   Richard, P.R.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. 305-316, ill., maps
ASTIS record 48266
PDF

The spatial and temporal relationships between belugas (Delphinapterus leucas) and two characteristics of their habitat - bathymetry and ice concentration - were examined. Observed location-habitat correspondence histograms were compared to random location-habitat histograms, using a Kolmogorov-Smirnoff (K-S) statistical test. Results show that beluga distribution is bimodal with respect to bathymetry, with a larger mode in shallow water and a smaller mode in water approximately 500 m deep. They occur more often than expected by chance in the 0/10 ice class and less often than expected in the 10/10 ice class. Males and females associate differently with both depth and ice concentration. Females associate with bathymetry very differently in the fall than in the summer. There is a general tendency for males in the eastern North American Arctic to be associated with shallow water during the summer and deeper water (modes at 100 and 500 m) in the fall. Female locations are associated more often with the 0/10 ice class and less often with the 10/10 class than expected by chance. These trends were stronger in the western than in the eastern portions of the Canadian Arctic.

On a étudié les rapports spatiaux et temporels entre les bélougas (Delphinapterus leucas) et deux caractéristiques de leur habitat (bathymétrie et concentration de glace). À l'aide d'un test statistique de Kolmogorov-Smirnov (K-S), on a comparé les histogrammes de la correspondance observée emplacement-habitat à des histogrammes emplacement-habitat pris au hasard. Les résultats montrent que la distribution du bélouga est bimodale en ce qui a trait à la bathymétrie, un mode plus grand étant associé à l'eau peu profonde et un mode plus petit à l'eau profonde d'environ 500 m. On les trouve plus fréquemment qu'on ne peut le prédire au hasard dans de la glace de cote 0/10 et moins souvent dans de la glace de cote 10/10. Les mâles et les femelles s'associent différemment selon la profondeur comme la concentration de glace. Les femelles s'associent très différemment avec la bathymétrie en automne et en été. Dans les mers arctiques de l'Amérique du Nord orientale, il y a une tendance générale pour les mâles à s'associer aux eaux peu profondes durant l'été et aux eaux plus profondes (modes à 100 et 500 m) en automne. Les emplacements des femelles sont associés plus souvent à la glace de cote 0/10 et moins souvent à la cote 10/10 qu'on ne peut le prédire au hasard. Ces tendances étaient plus marquées dans les parties occidentales que dans les zones orientales de l'Arctique canadien.


Hematology and plasma chemistry as indicators of health and ecological status in beluga whales, Delphinapterus leucas   /   St. Aubin, D.J.   Deguise, S.   Richard, P.R.   Smith, T.G.   Geraci, J.R.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. 317-331, ill.
ASTIS record 48267
PDF

The capture of beluga whales, Delphinapterus leucas, for instrumentation or tagging afforded the opportunity to collect blood, which was analyzed to evaluate the animals' health and gain information on basic physiological systems. Here, we report on hematological and plasma chemical constituents in samples obtained from 183 belugas, 55 of which were handled during attempts to apply tracking instruments. The other 128 samples were either drawn from live belugas captured for exhibit in zoological parks or research or obtained from the fresh carcasses of whales taken by Inuit hunters. The data span a 15-year period beginning in 1983 and represent various beluga stocks in the Canadian Arctic. The majority of the specimens were collected during the summer or estuarine phase of the belugas' annual cycle. Comparisons by age group, sex, stock, season, and year revealed significant differences in most of the cellular and chemical constituents examined. These results demonstrate some of the variability that might be encountered when examining a "random" selection of belugas at a particular location and time. Immature-sized whales had higher leucocyte counts, electrolyte concentrations, enzyme activity, total protein, albumin, hemoglobin, and some metabolites than older animals. Sex alone was associated with few hematological and plasma chemical differences. Seasonal variation in thyroid hormone activity was linked to marked environmental changes associated with the transition from cold oceanic waters to relatively warm estuaries. Two belugas recaptured 19 and 24 days after instrumentation showed changes in leucocyte counts, hematocrit, and a variety of plasma chemical constituents, some of which indicate inflammation and a likely physiological response to handling and tagging stresses.

On a profité du fait qu'on capturait des bélougas, Delphinapterus leucas, en vue de les équiper d'instruments ou de les marquer, pour prélever des échantillons de sang qu'on a ensuite analysés afin d'évaluer l'état de santé des individus et de collecter de l'information sur leurs grands systèmes physiologiques. Nous présentons ici un rapport sur les constituants hématologiques et chimiques du plasma dans des échantillons provenant de 183 bélougas, dont 55 ont été manipulés au cours de tentatives visant à les équiper d'instruments de poursuite. Les 128 autres échantillons ont été obtenus soit de bélougas vivants capturés en vue d'être placés dans des zoos ou pour la recherche, soit de carcasses fraîches de baleines prises par les chasseurs inuits. Les données couvrent une période de 15 ans, commençant en 1983, et représentent divers stocks de bélougas de l'océan Arctique canadien. La plupart des spécimens ont été recueillis durant l'été ou durant la phase estuarienne du cycle annuel du bélouga. Des comparaisons par groupe d'âge, sexe, stock, saison et année ont révélé des différences marquées dans la plupart des constituants cellulaires et chimiques examinés. Ces résultats font ressortir une certaine variabilité à laquelle on peut s'attendre quand on étudie un échantillon "aléatoire" de bélougas pris à un endroit et à un moment donnés. Par rapport à des individus plus âgés, les baleines qui n'avaient pas atteint leur taille adulte avaient un compte de globules blancs plus élevé, de même qu'une plus forte concentration d'électrolytes, une plus grande activité enzymatique, et un taux plus fort d'albumine, d'hémoglobine et de certains métabolites. Le sexe seul n'était associé qu'à quelques différences hématologiques et chimiques du plasma. Une variation saisonnière de l'activité des hormones thyroïdiennes était liée à des changements nets du milieu correspondant à la transition des eaux froides océaniques aux estuaires relativement chauds. Deux bélougas recapturés 19 et 24 jours après avoir été équipés d'instruments montraient des changements dans le compte de globules blancs, dans l'hématocrite et dans divers constituants chimiques du plasma, dont certains révèlent une inflammation et probablement une réaction physiologique au stress dû à la manipulation et au marquage.


Marine mammals as oceanographic sampling platforms   /   Smith, T.G.
Arctic, v. 54, no. 3, Sept. 2001, p. 350-353
ASTIS record 48268
PDF

Thirty years ago, at a meeting devoted to finding new directions for Arctic biological oceanography, it was suggested that marine mammals might some day be used as "educated" oceanographic sampling platforms. They are "educated" because, through millions of years of evolution, they have developed the ability to find and consume such prey as the arctic cod, Boreogadus saida, a keystone ... Arctic species that to this day has largely eluded the efforts of scientists who have tried to study it .... The ice-covered and ice-filled waters of the polar regions have thwarted the attempts of oceanographers to study the Arctic marine ecosystem. ... Arctic seals, whales, and polar bears have been studied much more intensively than organisms lower down in the marine trophic pyramid. Studies of bears and seals have shown that large inter-annual changes in productivity occur in certain regions of the Arctic .... Studies of higher vertebrates have resulted in some interesting recent attempts to apply the "top-down" modeling approach. Such modeling uses the energy requirements of bears, seals, and whales to estimate the energy flow through the ecosystem ... or to calculate the standing crops of upper trophic-level components ... of regional Arctic marine ecosystems. To date, this appears to be the most practical and workable means available, but the assumptions and quantitative uncertainties at various stages in the model make it a blunt tool. ... The advent of satellite-linked VHF and other satellite-based remote sensing has opened the doors to research on a large geographical scale and an intensive schedule of sampling, both essential to furthering our understanding of Arctic marine ecosystems. ... One of the most interesting results from studies to date is that belugas consistently go to certain deep water areas to feed, in some cases traveling great distances from the center of their summer distribution to do so. ... The first stage in satellite-telemetry studies of some Arctic marine mammal species is being completed. The seasonal movements and annual migrations of polar bears and belugas are becoming well known for many of the North American stocks .... The next major leap forward in the study of Arctic marine mammals will be to use them to their full potential as "educated" oceanographic sampling platforms [i.e. attempting to relate their distribution or behaviour to physical oceanographic parameters]. ...


© Arctic Institute of North America. Records from this database may be used freely for research and educational purposes, but may not be used to create databases or publications for distribution outside your own organization without prior permission from ASTIS.