AINA Logo
Publications

 


Introduction : Circumpolar Ecosystems in Winter II   /   Scott, P.A.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. iii
ASTIS record 60544
PDF

The second meeting of winter researchers was hosted by the Churchill Northern Studies Centre at Churchill, Manitoba, 12-17 February 1992. The outdoor workshop-sessions began with the "Sundown Walkabout," which coincided with the onset of a traditional arctic blizzard. ... There were some 35 poster and oral presentations at the symposium, including an invited global change session. The presentations included topics such as snowmelt processes, the strategies of terrestrial and marine plant and animal populations that endure winter, and northern presentations. It is hoped that such a collection will serve to broaden our perspectives by offering the position that winter is the ambient condition in northern systems and summer conditions develop each year within this context. The study of winter therefore is fundamental to understanding future global change. Winter phenomena and the adaptations of northern indigenous peoples to these conditions are important examples for consideration in future scenarios. A workshop introduced participants to local winter conditions and how different cultures have adapted to this environment, with examples including the modern community as well as 18th- and 19th-century European pioneers. Inuit lifestyles were discussed and there were opportunities to participate in igloo building, sleeping outside, and testing traditional clothing during severe conditions. In addition, participants were instructed in the preparation of typical winter clothing, including lessons in stitching techniques and the sizing of handwear and footwear patterns. Traditional skin clothing, tried and tested over the millennia, was the standard for comparison with samples of other types of outdoor apparel, including natural materials such as down, wool, and cotton as well as the latest synthetics. ... An example of a more moderate winter environment was explored during the undersea ice dive conducted by a Fisheries and Oceans Canada dive team while workshop participants viewed the proceedings live on a video monitor located in a tent on the sea ice. ...


Relationship between the onset of winter and collared lemming abundance at Churchill, Manitoba, Canada : 1932-90   /   Scott, P.A.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. 293-296, ill.
ASTIS record 33236
PDF

Ten periods of high abundance and nine periods of low abundance of collared lemmings (Dicrostonyx richardsoni) at Churchill, Manitoba, Canada, were determined from 1932 to 1990 using published and unpublished trapping studies. Response functions were used to relate extremes of lemming abundance to temperature and precipitation in the preceding 25 months. Good correspondence was found between conditions around fall freeze-up and both high and low collared lemming abundance. This indicates that far-from-average temperature and precipitation may moderate the abundance of collared lemmings. During spring and fall the southern tundra, such as at Churchill, has a high frequency of annual freeze-thaw cycles, indicating that this area may be more stressful to lemmings than cooler climates with fewer freeze-thaw cycles.

De 1932 à 1990, on a déterminé 10 périodes de forte abondance et 9 périodes de basse abondance de lemmings à collerette (Dicrostonyx richardsonii) à Churchill (Manitoba), au Canada, en se servant d'études publiées ou inédites sur le piégeage. On a utilisé les fonctions de réponse pour relier les extrêmes d'abondance de lemmings à la température et aux précipitations durant les 24 mois précédents. On a trouvé qu'il existait une correspondance intéressante entre les conditions de l'engel automnal et la forte comme la faible abondance des lemmings à collerette. Cela indique que des températures et des précipitations nettement différentes de la moyenne peuvent influer sur l'abondance des lemmings à collerette. Au cours du printemps et de l'automne, la fréquence des cycles annuels de gel et dégel est élevée dans la toundra méridionale, comme celle qui se trouve à Churchill, ce qui révèle que cette région peut être plus stressante pour les lemmings que d'autres situées dans des climats plus froids ayant moins de cycles de gel et dégel.


Plant activity under snow and ice, with particular reference to lichens   /   Kappen, L.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. 297-302, ill.
ASTIS record 33237
PDF

In polar ecosystems primary producers have to cope with the very limited living conditions of the harsh climate. Vascular plants in the Northern Hemisphere extend to the northern-most edges of the continents, but only two taxa are present as far south as the Antarctic Peninsula region in the Southern Hemisphere. Lower plants, lichens in particular, become more important with increasing latitudes and form the dominant element of the Antarctic vegetation. Based on recent investigations and literature, this paper discusses to what extent lichens are better adapted to snow and ice than vascular plants. Vascular plants in high latitudes have high freezing tolerances but are photosynthetically inactive in winter (e.g., evergreen coniferous species), while lichens in a highly freezing-tolerant stage can be active and productive under winter conditions. Vascular plants can be active under snow but have no photosynthesis if the tissue is frozen. Recent in situ measurements indicate that lichens are able to photosynthesize at temperatures below -10C, apparently in the frozen state. It was recorded for coniferous trees at the arctic timberline. This uptake may reduce water stress in conifers but apparently has no relevance for metabolic activity. Water uptake from snow and metabolic activity at -10C are possible for lichens because they are able to photosynthesize at water potentials lower than -20 MPa. Although lichens are adapted to be active in snow at low temperatures, strong light on clear days may inhibit the photosynthetic apparatus.

Dans les écosystèmes polaires, les producteurs primaires doivent s'accommoder des conditions de vie précaires dues à la rigueur du climat. L'habitat des plantes vasculaires de l'hémisphère boréal s'étend aux confins nordiques des continents, mais seuls 2 taxons sont présents à l'extrême sud de la région de la péninsule Antarctique de l'hémisphère austral. Plus la latitude augmente, plus les végétaux inférieurs, en particulier les lichens, prennent de l'importance et forment l'élément dominant de la végétation antarctique. S'appuyant sur des recherches et de la documentation récentes, cet article discute du degré auquel les lichens sont mieux adaptés à la neige et à la glace que les plantes vasculaires. Sous de hautes latitudes, ces dernières ont une tolérance élevée au gel mais sont inactives en hiver sur le plan de la photosynthèse (p. ex., les espèces conifériennes à feuilles persistantes), alors que les lichens, dans un état tolérant très bien le gel, peuvent être actifs et productifs en hiver. Les plantes vasculaires peuvent être actives sous la neige, mais elles ne font pas de photosynthèse si le tissu est gelé. Des mesures prises récemment in situ révèlent que les lichens peuvent faire la photosynthèse à des températures inférieures à -10 °C, apparemment dans un état gelé. On a aussi trouvé que l'échange photosynthétique de CO2 dans les thalles secs peut être activé par la neige durant le gel. On a aussi enregistré l'absorption d'eau durant l'hiver pour les conifères à la limite forestière arctique. Cette absorption peut réduire le niveau de stress hydrique dans les conifères, mais ne semble pas influer sur l'activité métabolique. À -10 °C, les lichens peuvent absorber l'eau à partir de la neige et avoir une activité métabolique en raison de leur capacité à réaliser la photosynthèse à des potentiels hydriques inférieurs à -20 MPa. Bien que les lichens soient adaptés pour être actifs dans la neige à de basses températures, une lumière excessive les jours dégagés peut empêcher l'appareil photosynthétique de fonctionner.


Dark-season survival strategies of coastal zone zooplankton in the Canadian Arctic   /   Conover, R.J.   Siferd, T.D.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. 303-311, ill., 1 map
ASTIS record 33238
PDF

For herbivorous zooplankton, surviving the arctic winter requires that sufficient energy be stored in summer to enable ten months or more of possible starvation. Energy and materials for reproduction may also be totally derived from stored lipid and bodily protein. The predominant storage products are wax esters, often visible as translucent droplets or a fusiform inclusion in the tissues. Lipid may constitute more than 50% of dry weight at the end of summer. Reproduction is synchronized with season and environmental conditions to enable offspring to exploit the brief period of intense primary production. So far as we know, fertilization occurs only once in the copepods studied here, which make up more than 98% of the total zooplankton by numbers, and males are short lived, but in one species (Calanus hyperboreus) females may survive into a second productive season, thereby storing sufficient reserves to spawn a second time. Several plaktonic species, including larval invertebrates, start growth early by utilizing algae that develop on the under-ice surface serveral months before the pelagic phytoplankton bloom. The minimum water temperature (-1.8 C) is constant and much warmer than the atmosphere, so overwintering should be less stressful for aquatic species than for terrestrial forms. Additional adaptations used by zooplankton in winter include seeking deeper water to escape predation, reducing swimming costs by regulating buoyancy, and further lowering metabolic rates by limiting synthesis of enzymes and increasing the fraction of lipid used in respiration.

Afin de survivre à l'hiver arctique, le zooplancton herbivore doit stocker suffisamment d'énergie en été pour faire face à 10 mois ou plus de famine potentielle. Il se peut aussi que l'énergie et les matériaux servant à la reproduction soient tirés en totalité des lipides emmagasinés et des protéines du tissu corporel. Les produits stockés les plus importants sont les esters cireux, souvent visibles sous la forme de gouttelettes translucides ou d'une inclusion fusiforme dans les tissus. Les lipides peuvent constituer plus de 50 p. cent du poids sec à la fin de l'été. La reproduction est synchronisée avec les saisons et les conditions environnementales de façon à permettre à la progéniture de profiter de la courte période de production primaire intense. Dans l'état de nos connaissances actuelles, la fertilisation a lieu une seule fois chez les copépodes qui nous intéressent, et qui constituent plus de 98 p. cent du zooplancton total sur le plan numérique. Les mâles ont une durée de vie relativement courte, mais dans l'espèce Calanus hyperboreus, les femelles peuvent vivre assez longtemps pour entrer dans une deuxième phase de reproduction, stockant ainsi suffisamment de réserves pour frayer une seconde fois. Plusieurs espèces planctoniques, y compris des invertébrés larvaires, commencent à croître de bonne heure, en utilisant les algues qui se développent sur le dessous de la glace plusieurs mois avant la prolifération du phytoplancton pélagique. La température minimale de l'eau (-1,8 °C) est constante et beaucoup plus élevée que l'atmosphère, ce qui devrait rendre la survie hiémale moins stressante pour les espèces aquatiques que pour les formes terrestres. Parmi les autres adaptations utilisées par le zooplancton en hiver, on compte la recherche d'eaux plus profondes pour échapper aux prédateurs, la réduction du coût de la natation grâce à une régulation de la flottabilité, ainsi que la réduction du taux de métabolisme par une limite de la synthèse des enzymes et l'augmentation de la portion de lipides utilisés dans la respiration.


Paternal care in collared lemmings (Dicrostonyx richardsoni) : artifact or adaptation?   /   Gajda, A.M.   Brooks, R.J.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. 312-315, ill.
ASTIS record 33239
PDF

Experiments conducted in large enclosures using 13 pairs of collared lemmings (Dicrostonyx richardsoni) and their pups examined the effects of three different treatments on paternal care. Treatments tested whether males altered their attentiveness to the pups when certainty of paternity was in question (through presence of a strange male), when alternative activities were available (through access to a running wheel), and when both factors were present simultaneously. Males covered and groomed pups equally among treatments. During the first five days of observation, males with access to a running wheel paid significantly less attention to strange males relative to males without access to a running wheel. Continuous exposure to the strange male may have been responsible for this short-term effect. Since covering and grooming of pups were unaffected by the presence of a strange male, the fathers' perceptions of their certainty of paternity were probably unaffected. Maintenance of paternal care under different conditions and in large enclosures provides further evidence that paternal care is not an artifact of laboratory conditions. Paternal care in collared lemmings may have evolved to maximize fitness of both sexes during winter.

Des expériences menées dans de grands enclos, et mettant en jeu 13 couples de lemmings à collerette (Dicrostonyx richardsoni) et leurs petits, évaluaient les effets de 3 traitements différents sur les soins paternels. Ces traitements vérifiaient si les mâles modifiaient l'attention qu'ils portaient à leurs petits lorsque leur paternité était mise en doute (par la présence d'un mâle étranger), lorsque d'autres activités étaient disponibles (par l'accès à une roue d'exercice), et lorsque ces 2 facteurs étaient présents en même temps. Les mâles protégeaient leurs petits et les nettoyaient de la même façon lors des différents traitements. Au cours des 5 premiers jours d'observation, les mâles qui avaient accès à une roue d'exercice prêtaient nettement moins attention aux mâles étrangers, comparativement aux mâles qui n'avaient pas accès à une roue. L'exposition continue au mâle étranger peut expliquer cet effet à court terme. Vu que les soins visant à protéger et à nettoyer les petits n'étaient pas affectés par la présence d'un mâle étranger, la perception qu'avaient les pères quant à la certitude de leur paternité n'était probablement pas affectée. Le maintien des soins paternels dans différentes conditions et à l'intérieur de grands enclos offre une preuve supplémentaire à l'appui que ces soins ne sont pas créés par les conditions de laboratoire. Les soins paternels chez le lemming à collerette ont peut-être évolué afin de maximiser la santé physique des 2 sexes en période hivernale.


Influences of wind and snow on northern tree-line environments at Churchill, Manitoba, Canada   /   Scott, P.A.   Hansell, R.I.C.   Erickson, W.R.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. 316-323, ill.
ASTIS record 33240
PDF

The influences of wind and snow distribution at the tree line near Churchill, Manitoba, were studied. Wind profiles above the snow surface, snow crystal size and quantity were examined during abrasion experiments with white spruce branchlets. For white spruce, the abrasion zone was evidently within 80 cm above the snow surface, and needle removal by abrasion was strongly influenced by branch age. Removal by abrasion of similar-aged needles was highest in new branches and declined with branch age up to 7 or 8 years, and then increased again with older branches. Trees that grew 80 cm in height in 7 or 8 years were successful in passing through the abrasion zone. In forest-tundra environments the matted forms of trees were snow covered early in winter and received little abrasion. Sparsely needled islands of trees were largely covered with snow at the base. More densely needled trees and some trees within woodlands were less exposed to abrasion. The blockage of air flow resulted in high-speed jets, which cleared out snow within a "horseshoe-shaped vortex" around the base of the tree. Both in much of the woodlands and in the open forest, snow abrasion was minimal or non-existent and snow load on the branches (qali), becomes the prevalent stress. During winter, a large proportion of the snowfall was initially blown off the exposed surfaces of Hudson Bay and the coastal tundra regions, into the woodlands, and eventually across the tree line and into the open forest. As the woodlands filled up with snow in mid-winter, the rate of snow accumulation in the forest increased from double to triple the snowfall. Variations in the rate of accumulation occurred with wind speed and direction. ...

L'influence de la distribution du vent et de la neige à la limite forestière, près de Churchill, au Manitoba, constitue le thème de cette recherche. On a étudié le profil éolien au dessus de la surface de la neige, ainsi que la taille et la quantité des cristaux de neige au cours d'expériences d'abrasion faites sur des petites branches d'épinette blanche. Pour cette dernière, la zone d'abrasion se situait de toute évidence dans les 80 cm au-dessus de la surface de la neige et la disparition des aiguilles par abrasion était fortement influencée par l'âge de la branche. La disparition par abrasion des aiguilles d'âge semblable était plus élevée pour les nouvelles branches et diminuait avec l'âge de la branche, jusqu'à 7 ou 8 ans, pour augmenter à nouveau avec les branches plus vieilles. Les arbres qui poussaient de 80 cm en 7 ou 8 ans réussissaient à traverser la zone d'abrasion. Dans les environnements de toundra boisée, les arbres aux formes tassées et enchevêtrées étaient couverts de neige tôt en hiver et étaient peu sujets à l'abrasion. Les îlots d'arbres aux aiguilles clairsemées étaient largement couverts de neige à la base. Les arbres aux aiguilles plus fournies et quelques arbres de la forêt-parc étaient moins exposés à l'abrasion. Le blocage de la circulation d'air créait des courants très rapides qui soufflaient la neige en créant un tourbillon en fer à cheval au pied de l'arbre. Dans la plupart de la forêt-parc comme dans la forêt claire, l'abrasion par la neige était minime ou non existante et la charge nivale sur les branches (qali) était le principal agent de stress. Au cours de l'hiver, une grande quantité de la chute nivale était d'abord transportée par le vent, depuis la surface exposée des régions de la baie d'Hudson et de la toundra côtière, jusqu'à la forêt-parc, puis dépassait la limite forestière pour entrer dans la forêt claire. Comme la forêt-parc se remplissait de neige au milieu de l'hiver, le taux d'accumulation nivale dans la forêt passait du double au triple de la chute de neige. La vitesse et la direction du vent faisaient varier le taux d'accumulation. Durant le mois de mai, la fonte nivale se produisait d'abord dans la toundra et ruisselait en général sur la surface gelée. La fonte nivale se produisait environ 3 semaines plus tard dans la forêt claire et s'y caractérisait par une réduction du ruissellement, du fait que l'eau s'infiltrait plus facilement dans la tourbe en dégel. Les combes de neige tardives étaient caractéristiques de la toundra boisée de la forêt-parc et avaient généralement disparu au milieu de juillet. La forêt-parc était libre de neige pendant 1 mois et demi à 2 mois au cours d'une année, alors que la forêt claire était libre de neige durant environ 3 mois et la toundra pratiquement libre de neige durant au moins 6 mois.


The use of muskox kill sites as temporary rendezvous sites by arctic wolves with pups in early winter   /   Gray, D.R.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. 324-330, ill., 1 map
ASTIS record 33241
PDF

Packs of arctic wolves, Canis lupus arctos, travelling with pups were seen in August or September in Polar Bear Pass, Bathurst Island, Northwest Territories, in five of eight years of field observations. One pack with five pups was observed in 1977 over a period of 19 days. The activity of the pack was centred around the sites of two recently killed muskoxen. Adults took pups to a new kill only the day after the kill but did regurgitate meat for them within 2 hours. Adults and pups continued to use kill sites for up to 8 days after depletion of food available at the carcass. Pups were left on their own at the sites for 8-55 hours at a time. The pups travelled without adults between the kill sites and up to 5 km away at rates varying from 2.5 to 10 km/h. Pups travelled as fast as 11 km/h over longer distances when with adults. The observed time of extensive travel with the pack was earlier than for most southern wolves. The use of kills as temporary rendezvous sites after the pack has begun travelling provides not only a place to meet, but allows pups to rest, feed, explore, and gain experience while adults continue hunting.

Pendant 5 des 8 années durant lesquelles on a mené des observations sur le terrain, dans la vallée Polar Bear, située dans l'île de Bathurst (Territoires du Nord-Ouest), on a aperçu des bandes de loups arctiques, Canis lupus arctos, se déplaçant avec des louveteaux durant les mois d'août et de septembre. En 1977, on a observé une bande avec 5 louveteaux durant 19 jours. Les activités de la bande gravitaient autour des sites où se trouvaient les cadavres de 2 boeufs musqués récemment tués. Les adultes ont emmené les louveteaux auprès d'une nouvelle proie seulement le jour après l'avoir abattue, mais ils ont régurgité la viande pour leurs petits dans les 2 heures qui ont suivi la mort de l'animal. Les adultes et les petits ont continué d'utiliser l'emplacement où les proies avaient été tuées jusqu'à 8 jours après avoir consommé toute la viande. Les louveteaux étaient laissés à eux-mêmes sur les sites pour des durées allant de 8 à 55 heures d'affilée. Ils se déplaçaient sans les adultes entre les sites où se trouvaient les carcasses et jusqu'à 5 km de ces sites, à des vitesses allant de 2,5 à 10 km/h. Ils pouvaient atteindre 11 km/h sur de longues distances, lorsqu'ils se déplaçaient avec des adultes. Le moment où les louveteaux ont commencé à se déplacer sur de longues distances avec la bande est arrivé plus tôt que chez les loups vivant plus au sud. En plus d'offrir un point de rencontre temporaire après que la bande a commencé à se déplacer, le lieu où se trouvent les carcasses est un site où les louveteaux peuvent se reposer, se nourrir, explorer et acquérir de l'expérience pendant que les adultes continuent de chasser.


Occurrence of arctic cod (Boreogadus saida) schools and their vulnerability to predation in the Canadian High Arctic   /   Welch, H.E.   Crawford, R.E.   Hop, H.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. 331-339, ill., maps
ASTIS record 33242
PDF

We document the occurrence of large schools of Arctic cod (Boreogadus saida) in the Barrow Strait region of the eastern Canadian Arctic during the open water season. Schools were most frequently observed near shore, often in depressions inside bays. Schools ranged up to 130 000 m² surface area and contained on the order of 4 x 10**8 fish, weighing 12 000 tonnes. Evidence indicates that schools form before the arrival of predators, but when they occur in shallow water, they are often subjected to intense predation by thousands of seabirds and marine mammals, primarily black-legged kittiwakes (Rissa tridactyla), northern fulmars (Fulmarus glacialis), harp seals (Phoca groenlandicus), beluga (Delphinapterus leucas) and narwhal (Monodon monoceros). The reasons for such schooling behaviour are unknown.

On étudie la présence de grands bancs de morue arctique (Boreogadus saida) dans la région du détroit de Barrow située dans l'Arctique canadien oriental durant la saison d'eau libre. On a observé que les bancs se tenaient le plus fréquemment près du rivage, souvent dans des dépressions à l'intérieur des baies. Les bancs couvraient jusqu'à 130 000 m² et comptaient en gros 4 x 10**8 poissons, pour un poids total de 12 000 tonnes. L'étude révèle que les bancs se constituent avant l'arrivée des prédateurs, mais lorsqu'ils se trouvent dans des eaux peu profondes, ils sont souvent la proie de milliers d'oiseaux et mammifères marins voraces, en particulier la mouette tridactyle (Rissa tridactyla), le fulmar boréal (Fulmarus glacialis), le phoque du Groenland (Phoca groenlandicus), le béluga (Delphinapterus leucas), et le narval (Monodon monoceros). On ne connaît pas les causes du regroupement des poissons en bancs.


Behavioural adaptations to arctic winter : shelter seeking by arctic hare (Lepus arcticus)   /   Gray, D.R.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. 340-353, ill., maps
ASTIS record 33243
PDF

Behavioural modifications used by arctic hares, Lepus arcticus, to maintain their normal body temperature in late winter, including posture, orientation, the use of natural shelter, and the digging of snow dens, were studied on Ellesmere Island, N.W.T., between 1985 and 1992 and on Bathurst Island, N.W.T., between 1968 and 1992. Hares adopted a near-spherical shape while resting with only the thick pads of the hind feet touching the snow. Hares typically rested together in closely spaced winter groups of up to 28 hares. Huddling did not occur, except in young littermates in summer. Hares in groups did not usually seek shelter, but solitary hares normally groomed, rested, and reingested in the shelter of large rocks. When wind speeds dropped below 10 km/h, resting hares shifted from facing away from wind to an orientation towards the sun. As daily mean temperatures increased in April-May, the usual resting posture changed from the tightly curled resting sphere to crouching and sprawling. Hares used natural shelter, especially rocks and snowdrifts, and man-made structures. They also modified snowdrifts by digging snow dens up to 188 cm in length. Thirty-seven dens were seen in 8 of 15 years of observations at Bathurst Island, and seven were seen on Ellesmere Island in 1 of 5 seasons. Snow dens were not used for feeding and their value as safety from predators is likely secondary to their value as shelter.

Cette étude, qui s'est déroulée entre 1985 et 1992 dans l'île d'Ellesmere (T.N.-O.) et entre 1968 et 1992 dans l'île Bathurst (T.N.-O.), porte sur les modifications du comportement qu'affiche le lièvre arctique, Lepus arcticus, afin de maintenir sa température corporelle normale à la fin de l'hiver. Ces modifications comprenaient la position et l'orientation du corps, l'utilisation d'un abri naturel et le creusement de gîtes dans la neige. Les lièvres prenaient une position presque sphérique au repos, seuls les épais coussinets de leurs pattes postérieures étant en contact avec la neige. Les lièvres se reposaient généralement en hiver rapprochés les uns des autres, en formant des groupes comptant jusqu'à 28 individus. On n'a pas observé de lièvres serrés les uns contre les autres, sauf durant l'été, parmi les levrauts d'une même portée. Généralement, les lièvres en groupes ne cherchaient pas à s'abriter, mais les lièvres solitaires faisaient habituellement leur toilette, se reposaient et réingéraient à l'abri de grands rochers. Lorsque la vitesse du vent tombait à moins de 10 km/h, plutôt que de se détourner du vent, les lièvres au repos s'orientaient vers le soleil. À mesure que la moyenne de la température quotidienne augmentait en avril-mai, les lièvres quittaient leur position de boule serrée pour se tenir sur leur quatre pattes et s'étendre. Les lièvres se servaient d'abris naturels, composés la plupart du temps de rochers et de bancs de neige, ainsi que de structures artificielles. Ils modifiaient aussi des bancs de neige en y creusant des gîtes pouvant atteindre 188 cm de longueur. Durant 8 des 15 années de l'étude à l'île Bathurst, on a recensé 37 gîtes de neige et durant 1 des 5 saisons d'observation à l'île d'Ellesmere, on en a recensé 7. Les lièvres n'utilisaient pas les gîtes de neige pour s'y nourrir et la valeur de ces derniers comme protection contre les prédateurs est certainement secondaire à leur valeur en tant qu'abri.


Life histories of subarctic ants   /   Heinze, J.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. 354-358, ill.
ASTIS record 33244
PDF

Ant species belonging to seven genera occur in habitats near the tree line in the Northern Hemisphere. An analysis of colony founding strategies suggests that in addition to physiological cold resistance, behavioral and sociometric adaptations might be important for survival and propagation of ants in subarctic biomes.

Des espèces de fourmis appartenant à sept genres vivent dans des habitats aux environs de la limite d'arbres. Une analyse des stratégies de fondation des sociétés suggère que, en plus d'une résistance physiologique au froid, des adaptations sociométriques et comportementales pourraient être importantes pour la survie et la propagation dans les biomes subarctiques.


Winter sub-freezing periods and significant thaws in the boreal forest region of central North America   /   Schmidlin, T.W.   Roethlisberger, R.A.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. 359-364, ill., 1 map
ASTIS record 33245
PDF

Winter daily maximum temperatures were examined for 56 sites in northern portions on Ontario, Michigan, Wisconsin, and Minnesota over the period 1960-88. The longest sub-freezing period of winter averaged 20-30 days in the southern portion of the region, 30-40 days around Lake Superior, and 90-100 days in extreme northwestern Ontario. These are twice as long as sub-freezing periods at similar latitudes in eastern Canada. The sub-freezing period is shortened by about one week along the shores of the Great Lakes. There is annual spatial correlation of the longest sub-freezing period, indicating regional synoptic-scale control. The late 1970s had the longest sub-freezing periods but no significant linear trend was found in lengths of sub-freezing periods. The average date of the first significant thaw (>10 C) ranged from early March in the south to late April in the north and delayed 1- 2 weeks along the shores of the Great Lakes.

De 1960 à 1988, on a mené une étude sur les températures quotidiennes maximales en hiver à 56 emplacements situés dans des régions septentrionales de l'Ontario, du Michigan, du Wisconsin et du Minnesota. La plus longue période de gel hivernal persistant durait en moyenne de 20 à 30 jours dans la partie méridionale de la région, de 30 à 40 jours autour du lac Supérieur, et de 90 à 100 jours dans la partie la plus au nord-ouest de l'Ontario. Ces durées sont deux fois plus longues que les périodes de gel persistant aux mêmes latitudes dans l'est du Canada. La période de gel persistant est réduite d'environ 1 semaine le long des rives des Grands Lacs. Il existe une corrélation spatiale annuelle de la période de gel persistant la plus longue, ce qui indique un contrôle régional à échelle synoptique. La fin des années 1970 comptait les périodes de gel persistant les plus longues, mais on n'a pas trouvé de tendance linéaire significative dans la durée des périodes de gel persistant. La date moyenne du premier dégel notable (>10 °C) allait de début mars dans le Sud à fin avril dans le Nord et était repoussée de 1 à 2 semaines le long des rives des Grands Lacs.


Omond McKillop Solandt (1909-1993)   /   Schmidlin, T.W.   Roethlisberger, R.A.
Arctic, v. 46, no. 4, Dec. 1993, p. 376-377, ill.
ASTIS record 33246
PDF

Dr. Omond Solandt is remembered for his significant contribution to northern scientific research. A fellow of the Arctic Institute of North America, he served as the first chairman of Defence Research Board. In 1948 he was one of the charter associates of the Arctic Institute of North America. Dr. Solandt was also selected the first chairman of the Science Council of Canada, established in 1966. In February 1963, he became president of the Royal Canadian Geographical Society. He was also the founding chairman of the Northwest Territories Science Advisory Board and directed its affairs from 1976 to 1982. For his many years of active service to Canada and especially the north, he has received numerous honorary degrees, awards and medals.


© Arctic Institute of North America. Records from this database may be used freely for research and educational purposes, but may not be used to create databases or publications for distribution outside your own organization without prior permission from ASTIS.