AINA Logo
Publications

 


The Beaufort Sea Conference 2000 on the renewable marine resources of the Canadian Beaufort Sea   /   Ayles, G.B.   Bell, R.   Fast, H.
Arctic, v. 55, suppl. 1, 2002, p. iii-v
ASTIS record 49887
PDF

The Beaufort Sea Conference 2000, held in Inuvik, Northwest Territories, in September 1999, had three objectives: to review our current understanding of the renewable aquatic resources of the Beaufort Sea; to review the factors that affect those resources; and to develop a vision that will guide management of those resources for the benefit of present and future generations. To achieve these objectives, the conference brought together representatives of the full range of groups interested in the renewable resources of the Beaufort Sea. These included hunters and fishers, other resource users, scientists, government managers, educators, students, and the public. The conference was structured to encourage interaction between participants so that they could jointly discuss opportunities for the future. ... This special issue of the journal "Arctic" presents the formal scientific papers on each resource species or group and the presentation by Inuvialuit elder Billy Day. The paragraphs below summarize the conference discussions under the four themes, as well as the discussions of the youth delegation. The Canadian Beaufort Sea region pioneered and put into practice the theory of co-management in the Canadian Arctic, beginning with the signing of the Inuvialuit Final Agreement in 1984 and the Gwich'in Final Agreement eight years later. Workshop discussions considering the role of co-management of renewable resources in this region focused on the following challenges for the future: Community engagement .... Youth and elders .... Communication .... Good governance .... Research .... Traditional ecological knowledge .... Chaos and innovation ....


Renewable resources of the Beaufort Sea for our children : perspectives from an Inuvialuit elder   /   Day, B.
Arctic, v. 55, suppl. 1, 2002, p. 1-3
ASTIS record 49888
PDF

... Whaling has been going on in the Western Arctic for many hundreds of years, maybe thousands, according to our stories, which were passed on orally from generation to generation as the Inuvialuit had no writing system. The way whaling is done has changed four times over the past century. ... [The author, Billy Day, describes these phases.]


Canadian Beaufort Sea 2000 : the environmental and social setting   /   Ayles, G.B.   Snow, N.B.
Arctic, v. 55, suppl. 1, 2002, p. 4-17, 1 map
ASTIS record 49889
PDF

The Beaufort Sea Conference 2000 brought together a diverse group of scientists and residents of the Canadian Beaufort Sea region to review the current state of the region's renewable resources and to discuss the future management of those resources. In this paper, we briefly describe the physical environment, the social context, and the resource management processes of the Canadian Beaufort Sea region. The Canadian Beaufort Sea land area extends from the Alaska-Canada border east to Amundsen Gulf and includes the northwest of Victoria Island and Banks Island. The area is defined by its geology, landforms, sources of freshwater, ice and snow cover, and climate. The social context of the Canadian Beaufort Sea region has been set by prehistoric Inuit and Gwich'in, European influence, more recent land-claim agreements, and current management regimes for the renewable resources of the Beaufort Sea.

La Conférence de l'an 2000 sur la mer de Beaufort a attiré un groupe hétérogène de scientifiques et de résidents de la région de la mer de Beaufort en vue d'examiner le statut actuel des ressources renouvelables de cette zone et de discuter de leur gestion future. Dans cet article, on décrit brièvement l'environnement physique, le contexte social et les processus de gestion des ressources de la zone canadienne de la mer de Beaufort. La superficie terrestre de la mer de Beaufort au Canada s'étend de la frontière entre ce pays et l'Alaska jusqu'au golfe Amundsen à l'est, et elle englobe le nord-ouest de l'île Victoria et de l'île Banks. Cette zone est définie par sa géologie, son relief, ses sources d'eau douce, son couvert glaciel et nival ainsi que son climat. Le contexte social de la région de la mer de Beaufort canadienne a été établi par les Inuits et Gwich'in préhistoriques, l'influence européenne, les récentes ententes territoriales ainsi que les régimes actuels de gestion des ressources renouvelables de la mer de Beaufort.


Inuvialuit use of the Beaufort Sea and its resources, 1960-2000   /   Usher, P.J.
Arctic, v. 55, suppl. 1, 2002, p. 18-28, ill., 1 map
ASTIS record 49890
PDF

Comprehensive, census-type surveys of Inuvialuit harvesters were conducted in the Inuvialuit Settlement Region (ISR) in the 1960s (Area Economic Surveys) and 1970s (Inuit Land Use and Occupancy Project) and in the 1990s (Inuvialuit Harvest Study). These surveys, supplemented by other case studies, provide a basis for comparing Inuvialuit use of the Beaufort Sea and its resources in the 1960s and the 1990s. The geographic extent of harvesting was about the same in both decades. The number of harvesters grew, although by less than the rate of population growth. Mean annual harvest of country food per hunter declined from 2083 kg/yr to 707 kg/yr. The chief reason for the decline in harvest was the near-abandonment of dogs for transport. If we take into account the share of country food likely consumed by dogs, the per capita harvest of country food for human consumption may not have changed significantly between the two decades. What has changed, however, is the composition of the harvest: the ratio (by weight) of country foods from marine and terrestrial sources was 75:25 in the 1960s, but 45:55 in the 1990s. Available country food amounted to 115.2 kg/capita/yr in the 1990s, a significant contribution to the household economy. Thus, contrary to many predictions in the 1960s, subsistence harvesting persists as a significant economic as well as cultural preoccupation in the lives of Inuvialuit today. The results of this study suggest that the measurement of subsistence and commercial harvesting in terms of location, participation, inputs, and outputs is of continuing importance for fish and wildlife management and for economic planning.

Des enquêtes par recensement détaillées portant sur les exploitants pêcheurs ont été menées dans la Région désignée des Inuvialuit (RDI) au cours des années 1960 (Enquêtes économiques dans le secteur), des années 1970 (Projet d'utilisation et d'occupation du territoire par les Inuits) et des années 1990 (Étude sur les prélèvements par les Inuvialuit). Ces enquêtes, complétées par d'autres études de cas, offrent une base de comparaison à l'utilisation qu'ont faite les Inuvialuit de la mer de Beaufort et de ses ressources dans les années 1960 et 1990. L'étendue géographique des prélèvements était à peu près la même au cours des deux décennies. Le nombre d'exploitants a augmenté, bien qu'il soit resté inférieur au taux de croissance démographique. La moyenne annuelle par chasseur des prélèvements de nourriture traditionnelle a baissé de 2083 kg/an à 707 kg/an. Ce déclin est dû en grande partie au fait que les chiens ont cessé d'être utilisés pour le transport. Si l'on tient compte de la part de nourriture traditionnelle qui était probablement consommée par les chiens, la quantité d'aliments traditionnels prélevés par personne pour la consommation humaine pourrait ne pas avoir changé de façon notable d'une décennie à l'autre. Ce qui est différent, en revanche, c'est la composition de la récolte: le rapport (pondéral) entre les aliments traditionnels provenant de sources marines et ceux de sources terrestres était de 75 pour 25 dans les années 1960, mais de 45 pour 55 dans les années 1990. La nourriture traditionnelle disponible se montait à 115,2 kg/personne/an dans les années 1990, ce qui représentait un apport majeur à l'économie domestique. Ainsi, contrairement à de nombreuses prédictions faites dans les années 60, la récolte de subsistance reste une préoccupation économique et culturelle capitale dans la vie contemporaine des Inuvialuit. Les résultats de cette étude suggèrent que la mesure des prélèvements de subsistance et commerciaux en termes de lieu, de participation, d'intrants et extrants continue d'avoir de l'importance pour la gestion de la faune aquatique et terrestre et pour la planification économique.


Oceanography of the Canadian Shelf of the Beaufort Sea : a setting for marine life   /   Carmack, E.C.   Macdonald, R.W.
Arctic, v. 55, suppl. 1, 2002, p. 29-45, ill., maps
ASTIS record 49891
PDF

Conservation of marine biodiversity in the Beaufort Sea demands that we understand what individual organisms require of their physical and geochemical environments in order to survive. Specifically, how do the extraordinary spatial and seasonal variations in ice cover, temperature, light, freshwater, turbidity, and currents of the Beaufort Sea define unique places or times critical to marine life? We start with the traditional "bottom-up" approach, which is to review the strongly seasonal physical forcing of the system, and from it to infer the resultant oceanographic regimes and seasons. This approach, while valuable, remains incomplete: this is due partly to limitations of the data and partly to our limited understanding of this complex system. The oceanographic features (e.g., upwelling regions, recurrent polynyas, coastal currents, sediment types and distributions) define the backdrop that animals "know and understand" in the sense of interacting with one another and finding food and habitat. We therefore seek clues to the underlying oceanographic processes in the behavioural patterns of fish, marine mammals, and birds. This "top-down" approach also has limitations, but it offers the opportunity to seek those connections in the system where climate change is likely to have its greatest impact on biological populations.

La conservation de la biodiversité marine dans la mer de Beaufort passe par notre compréhension des éléments nécessaires à la survie des organismes individuels au sein de leur environnement physique et géochimique. En particulier, comment les variations spatiales et saisonnières extrêmes dans le couvert glaciel, la température, la lumière, l'eau douce, la turbidité et les courants de la mer de Beaufort définissent-elles des espaces uniques ou des périodes critiques à la vie marine? On commence avec l'approche traditionnelle "ascendante" qui consiste à examiner les pressions physiques largement saisonnières qui s'exercent sur le système, et on déduit les régimes et saisons océanographiques qui en découlent. Cette approche, tout en étant intéressante, reste incomplète, en partie à cause du manque de données et en partie à cause de notre compréhension insuffisante de ce système complexe. Les caractéristiques océanographiques (p. ex., les zones de remontée d'eau profonde, les polynies récurrentes, les courants côtiers, les types de sédiments et leur distribution) définissent l'arrière-plan que les animaux "connaissent et comprennent" au sens où ils y interagissent les uns avec les autres pour y trouver nourriture et habitat. On recherche par conséquent, dans les schémas de comportement des poissons, des mammifères marins et des oiseaux, des indices témoignant des processus océanographiques sous-jacents. Cette approche "descendante" a aussi ses limites, mais elle offre l'occasion de rechercher au sein du système les liens où le changement climatique est susceptible d'avoir le plus grand impact sur les populations biologiques.


Status of marine birds of the southeastern Beaufort Sea   /   Dickson, D.L.   Gilchrist, H.G.
Arctic, v. 55, suppl. 1, 2002, p. 46-58, maps
ASTIS record 49892
PDF

This summary and update of information on the marine birds of the southeastern Beaufort Sea is intended to support discussions on how to improve management of marine resources in the Canadian Beaufort Sea region. Perhaps the most outstanding use of the Beaufort Sea by marine birds is the staging during spring migration by hundreds of thousands of eiders and long-tailed ducks in the early open water off Cape Bathurst and Banks Island. During midsummer, tens of thousands of long-tailed ducks, scoters, scaup, and mergansers moult in the sheltered bays and behind barrier beaches and spits. Although several species of geese, ducks, loons, gulls, and terns nest on islands and in wetlands along the Beaufort Sea coast, this region has relatively few nesting seabirds compared to eastern Arctic Canada and the Bering Sea. Two possible reasons for this are a shortage of cliffs suitable for nesting and a lack of pelagic fish. The five most common sea duck species that occur in the region, long-tailed duck, king eider, common eider, surf scoter, and white-winged scoter, have all declined in numbers since the mid-1970s. Western Arctic brant populations have also declined, although their status within the Beaufort Sea region is unclear. Brant and king eider are the only marine bird species harvested there in substantial numbers. Other threats to Beaufort Sea marine bird populations include oil spills, global warming, coastal development, and contaminants. Certain threats can be managed at a local level since they are a result of local economic development, but others, such as global warming or loss of critical wintering areas, stem from environmental problems outside the region. Solving these issues will require mutual understanding and commitment on the part of numerous countries.

Cette récapitulation et mise à jour de l'information sur les oiseaux marins du sud-est de la mer de Beaufort ont été faites dans le but de fournir des arguments sur la façon d'améliorer la gestion des ressources marines dans la zone canadienne de la mer de Beaufort. L'utilisation la plus notable que font les oiseaux marins de la mer de Beaufort est peut-être en tant que halte durant la migration printanière de centaines de milliers d'eiders et de canards à longue queue dans les premières eaux libres au large du cap Bathurst et de l'île Banks. Au milieu de l'été, des dizaines de milliers de canards à longue queue, de macreuses, de fuligules milouinans et de harles muent dans les baies abritées et en arrière des flèches et cordons littoraux. Même si plusieurs espèces d'oies, de canards, de huarts, de mouettes et de sternes nichent sur les îles et dans les zones humides longeant le rivage de la mer de Beaufort, cette région voit relativement peu d'oiseaux marins qui viennent y nicher en comparaison de l'est du Canada arctique et de la mer de Béring. Il y a deux raisons possibles à cet état de choses: trop peu de falaises propices à l'établissement de nids et un manque de poissons pélagiques. Les cinq espèces de canards de mer les plus courantes dans la région, à savoir, le canard à longue queue, l'eider à tête grise, l'eider à duvet, la macreuse à front blanc et la macreuse brune, ont toutes vu leurs nombres décliner depuis le milieu des années 1970. La population de bernaches cravants de l'ouest de l'Arctique est également en déclin, bien que le statut de cet oiseau au sein de la région de la mer de Beaufort ne soit pas évident. La bernache cravant et l'eider à tête grise sont les seules espèces d'oiseaux marins prélevées en nombre important à cet endroit. Parmi les autres facteurs qui menacent les populations d'oiseaux marins de la mer de Beaufort, on compte les déversements d'hydrocarbures, le réchauffement climatique, l'aménagement du littoral et les contaminants. Certaines menaces peuvent être gérées au niveau local vu qu'elles résultent du développement économique local, mais d'autres comme le réchauffement climatique ou la perte d'aires d'hivernage critiques sont issues d'enjeux environnementaux extérieurs à la région. La résolution de ces problèmes passe obligatoirement par une compréhension et un engagement mutuels de la part de nombreux pays.


Polar bears and seals in the eastern Beaufort Sea and Amundsen Gulf : a synthesis of population trends and ecological relationships over three decades   /   Stirling, I.
Arctic, v. 55, suppl. 1, 2002, p. 59-76, ill., maps
ASTIS record 49893
PDF

In the eastern Beaufort Sea and Amundsen Gulf, research on polar bear populations and their ecological interrelationships with seals and sea ice conditions began in the fall of 1970. Analysis of movement data from mark-recapture studies and tracking of adult female bears with satellite radio collars indicated that there are two populations of polar bears in the area, one that inhabits the west coast of Banks Island and Amundsen Gulf and a second that is resident along the mainland coast from about Baillie Islands in Canada to approximately Icy Cape in Alaska. Polar bears throughout the Beaufort Sea and Amundsen Gulf were severely overharvested before the establishment of quotas in Canada in 1968 and the cessation of all but subsistence polar bear hunting in Alaska in 1972. Since then, both populations have recovered, and the population estimates currently used for management purposes are 1200 and 1800 for the Northern and Southern Beaufort populations, respectively. However, these population estimates are now dated and should be redone. Most female polar bears in the Beaufort Sea breed for the first time at 5 years of age, compared to 4 years of age in most other populations, and cubs normally remain with their mothers for 2.5 years prior to weaning. Heavy ice conditions in the mid-1970s and mid-1980s caused significant declines in productivity of ringed seals, each of which lasted about 3 years and caused similar declines in the natality of polar bears and survival of subadults, after which reproductive success and survival of both species increased again. The changes in the sea ice environment, and their consequent effects on polar bears, are demonstrable in parallel fluctuations in the mean ages of polar bears killed each year by Inuit hunters. In 1989, the decadal-scale pattern in fluctuations of ice conditions in the eastern Beaufort Sea changed in response to oceanographic and climatic factors, and this change has resulted in greater amounts of open water in recent years. In addition, climatic warming will be a major environmental factor if greenhouse gas emissions continue to increase. It is unknown whether the ecosystem will return to the pattern of decadal-scale change exhibited in previous decades, or how polar bears and seals will respond to ecological changes in the future, but research on these topics is a high priority.

C'est à l'automne de 1970 qu'a débuté, dans la mer de Beaufort orientale et le golfe Amundsen, la recherche sur les populations d'ours polaires et leurs interactions écologiques avec les phoques et l'état de la glace marine. Une analyse des données de déplacement obtenues à partir d'études effectuées selon la méthode marquage-recapture et à partir de la localisation d'ourses adultes munies de colliers émetteurs en liaison avec un satellite a révélé qu'il existait deux populations d'ours polaires dans la région, l'une habitant le rivage ouest de l'île Banks et le golfe Amundsen et l'autre la côte continentale depuis environ les îles Baillie situées au Canada jusqu'à Icy Cape en Alaska. Avant l'établissement de quotas au Canada en 1968 et la suspension de la chasse à l'ours polaire en Alaska en 1972 - à l'exception de la chasse de subsistance -, ces animaux faisaient l'objet d'une surexploitation intense dans l'ensemble de la mer de Beaufort et du golfe Amundsen. On a assisté depuis à un rétablissement des deux populations, et les estimations servant actuellement à des fins de gestion sont respectivement de 1200 et de 1800 pour les populations du nord et du sud de la mer de Beaufort. Ces estimations remontent cependant à un certain temps et elles devraient être recalculées. La plupart des ourses polaires dans la mer de Beaufort s'accouplent pour la première fois à l'âge de cinq ans alors que, pour la plupart des autres populations, l'âge est de quatre ans, et les oursons restent normalement avec leur mère deux ans et demi avant le sevrage. Au milieu des années 70 et 80, des conditions de glace épaisse ont provoqué d'importantes baisses dans la productivité des phoques annelés, chaque épisode durant environ trois ans et résultant en des baisses similaires de la natalité des ours polaires et de la survie des jeunes adultes, après quoi le succès de reproduction et la survie des deux espèces augmentaient à nouveau. Des fluctuations parallèles dans l'âge moyen des ours polaires tués chaque année par les chasseurs inuits font état des changements dans le milieu de la glace de mer et des effets qui en ont découlé sur les ours polaires. En 1989, le schéma à l'échelle de temps décennale dans les fluctuations des conditions de glace marine dans la mer de Beaufort orientale a changé en réponse à des facteurs océanographiques et climatiques, et ce changement a résulté en une plus grande surface d'eau libre au cours des dernières années. Le réchauffement climatique sera en outre un facteur environnemental majeur si les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter. On ne sait pas si l'écosystème reviendra au schéma de changement décennal tel qu'il s'est manifesté durant les décennies précédentes, ou quelle sera la réponse des ours polaires et des phoques aux changements écologiques dans le futur, mais la recherche dans ces domaines s'avère une priorité.


Whales of the Inuvialuit Settlement Region in Canada's western Arctic : an overview and outlook   /   Harwood, L.A.   Smith, T.G.
Arctic, v. 55, suppl. 1, 2002, p. 77-93, maps
ASTIS record 49894
PDF

The beluga whale (Delphinapterus leucas) and the bowhead whale (Balaena mysticetus) are seasonal migrants to Canada's Western Arctic, occupying summer range in the southeastern Beaufort Sea and Amundsen Gulf within the Inuvialuit Settlement Region (ISR). These whales also travel through United States (Alaskan) and Russian offshore waters, which include migration routes and overwintering areas for both species. The beluga has for centuries been an important food resource of the aboriginal people of the Mackenzie Delta. From 1990 to 1999, the annual subsistence harvest of beluga in the ISR averaged 111, while only two bowheads were landed during this same period. The minimum size of the Eastern Beaufort Sea beluga stock has been estimated at 32 453 whales. The total annual removal of beluga by subsistence hunters from the ISR and Alaska is estimated at 189 whales, which is less than 0.6% of the minimum estimate of stock size. This level of harvest is sustainable. Between 1848 and 1921, commercial whalers decimated the Bering Sea population of bowhead whales. The size of the population, based on 1993 data, is estimated at 8200 (95% estimation interval of 7200-9400), constituting more than 90% of the world's remaining bowheads. This population increased at a rate of 3.2% from 1978 to 1993, while sustaining a harvest of about 0.6% per year. To ensure the continued well-being of these whales and their habitats, it is recommended that existing monitoring programs, commitments, and co-management partnerships be nurtured and maintained.

Le béluga (Delphinapterus leucas) et la baleine boréale (Balaena mysticetus) sont des migrateurs saisonniers qui fréquentent l'ouest de l'Arctique canadien, occupant un territoire estival dans le sud-est de la mer de Beaufort et le golfe Amundsen au sein de la Région désignée des Inuvialuit (RDI). Ces baleines se déplacent également dans les eaux situées au large des États-Unis (alaskiennes) et de la Russie, qui comprennent des voies migratoires et des aires d'hivernage pour les deux espèces. Le béluga représente depuis des siècles une importante ressource alimentaire pour les Autochtones du delta du Mackenzie. De 1990 à 1999, la moyenne annuelle des prélèvements de subsistance du béluga dans la RDI était de 111, alors que seulement deux baleines boréales avaient été débarquées durant la même période. La taille minimum du stock de bélugas dans l'est de la mer de Beaufort est évaluée à 32 453 individus, et les prises annuelles de bélugas effectuées au sein de la RDI et de l'Alaska dans le cadre de la chasse de subsistance sont évaluées à 189 individus, ce qui représente moins de 0,6 p. cent de la taille minimum du stock. Ce niveau de prélèvement est par conséquent durable. Entre 1848 et 1921, les baleiniers commerciaux ont décimé la population des baleines boréales dans la mer de Béring. D'après les données de 1993, on estime la taille de la population à 8200 (comprise entre 7200 et 9400 avec 95 p. cent de probabilité), soit plus de 90 p. cent du nombre de baleines boréales qui existent aujourd'hui dans le monde. Cette population a augmenté à un taux de 3,2 p. cent de 1978 à 1993, tout en faisant l'objet d'un prélèvement annuel d'environ 0,6 p. cent. Afin d'assurer le bien-être permanent de ces baleines et de leurs habitats, on recommande d'appuyer et de conserver les programmes de surveillance, les engagements et les partenariats de cogestion actuellement en place.


© Arctic Institute of North America. Records from this database may be used freely for research and educational purposes, but may not be used to create databases or publications for distribution outside your own organization without prior permission from ASTIS.